Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Nouveau Parti Anticapitaliste

Nouveau Parti Anticapitaliste

Fondé il y a tout juste deux ans, à la suite de la dissolution de la LCR, le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) tient ce week-end à Montreuil son premier congrès.

Reporté à deux reprises, ce congrès s'annonce aussi important que délicat pour le parti d'Olivier Besancenot et Alain Krivine. À huis clos, ou presque, plusieurs questions de stratégie, de personnes, et d'orientation politique doivent y être abordées.

Un premier dossier urgent tout d'abord: tenter d'enrayer l'hémoragie des adhérents. Le NPA, qui comptait 9.000 adhérents au printemps 2009 n'en compte aujourd'hui plus que 6.000, dont seulement 4.500 à jour de cotisation, soit à peine plus que l'ancienne Ligue Communiste Révolutionnaire. Olivier Besancenot reconnaît la "crise existentielle" du parti, estimant que celui-ci a été ramené en termes de militants à ce qu'il "pèse réellement", mais qu'il a en contrepartie "gagné en maturité". "Le NPA apprend en marchant", répète-t-il volontiers. Des tiraillements internes, comme l'affaire de la candidate voilée présentée dans la Vaucluse -- l'un des débats de ce congrès sera d'ailleurs consacré à "laïcité, féminisme et émancipation" --, les échecs électoraux de ces deux dernières années, ou encore le refus des alliances avec d'autres formations politiques antilibérales comme le Front de Gauche (alliance du Parti de Gauche, du Parti Communiste Français et de la Gauche unitaire), ont en effet eu raison de l'engagement de certains nouveaux militants. La montée en puissance de Jean-Luc Mélenchon à la gauche du paysage politique français a sans doute aussi contribué à ce reflux du NPA.

Second grand dossier au menu de ce congrès de Montreuil, même s'il n'est pas officiellement à l'ordre du jour: la stratégie à suivre pour l'élection présidentielle de 2012, avec toujours en corollaire l'épineuse question des alliances. Dès son annonce de candidature à la présidentielle comme candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon a en effet tendu la main à Olivier Besancenot, qui l'a refusée en raison d'un possible futur rapprochement de ce dernier avec le Parti Socialiste de Martine Aubry.
Un refus clair et net qui divise le NPA en trois camps: celui, majoritaire, de l'actuelle direction qui envisage de lancer ce week-end un appel pour une "candidature de rassemblement de toutes les forces anticapitalistes actives au sein du mouvement social"; celui du courant dit "identitaire", qui prône l'indépendance totale du NPA vis-à-vis des autres partis de gauche; et celui du courant dit "unitaire", qui souhaite lui un rapprochement effectif avec la mouvance de l'autre gauche.

Quoi qu'il en soit, si le Nouveau Parti Anticapitaliste présente un candidat pour 2012, tous les militants penchent pour le très populaire Olivier Besancenot. Ce dernier, qui s'est déjà présenté deux fois, se dit pour sa part plutôt prêt à laisser sa place à une personnalité issue du mouvement social. La question sera tranchée par le NPA en juin prochain.

Enfin, troisième grand dossier, si la nouvelle direction et les porte-parole du NPA ne seront pas élus ce week-end (ce sera fin mars), on devrait quand même se pencher sérieusement sur le dossier. Olivier Besancenot, unique porte-parole du NPA, souhaiterait en effet prendre un peu de recul pour se consacrer à d'autres tâches dans le parti et un peu plus à sa famille. Problème, il est semble-t-il le seul à pouvoir assumer la fonction avec le brio médiatique qu'on lui connaît. Sans lui, le NPA risque de perdre une partie de sa surface médiatique. Peut-être restera-t-il en place encore un peu, accompagnée d'une adjointe destinée à le remplacer dans quelques mois. On cite dans ce cas de figure Myriam Martin, membre des "identitaires". Omar Slaouti, tête de liste aux européennes en Île-de-France, appartenant pour sa part au courant "unitaire", pourrait lui aussi devenir porte-parole du NPA.