Marc Bloch
Marc Bloch

Les éditions Gallimard ont rassemblé dans un gros volume (1.070 pages) de la collection Quarto les écrits de l'historien Marc Bloch (1886-1944) qui étaient quelque peu dispersés dans diverses éditions parfois épuisées. Préfacée par son fils Etienne Bloch et l'historienne Annette Becker, l'anthologie puise dans l'oeuvre abondante du cofondateur des Annales ses principaux textes théoriques axés autour de trois thèmes : le travail de l'historien, l'enseignement de l'histoire et l'histoire comparée de l'Europe. L'ensemble — essais, articles, lettres, études, manifestes, compte-rendus de livres — accompagné d'une bio-chronologie, de photos, de témoignages et d'analyses, couvre près de 40 années de recherches et d'activités universitaires ou éditoriales.

Des Carnets de la Grande Guerre à L'Étrange défaite en passant par l'Apologie pour l'histoire ou Le métier d'historien, Marc Bloch se livre à une sorte d'auto-analyse de son propre parcours d'homme du XXe siècle ayant vécu, y compris à titre de soldat, les deux guerres qui ont bouleversé le monde moderne. Il démontre comment cette expérience personnelle, inscrite dans la conscience, sert son travail et son regard d'historien et peut être élevée au rang de méthodologie pour, par exemple, comme il l'a fait, explorer l'histoire médiévale et la société féodale.

Dans Marc Bloch, un historien au XXe siècle, essai biographique d'Ulrich Raulff qui vient de sortir aux Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, l'auteur analyse cette conception du travail de l'historien témoin du temps présent, révèlant en plus tout son sens politique. Selon lui, l'oeuvre de Marc Bloch doit être lue avant tout comme une éthique qui traduit la mutation du XXe siècle.

Au-delà des théories sur l'Histoire, les deux ouvrages permettent surtout d'approcher l'homme Marc Bloch, avec son intelligence, sa sensibilité, son courage, ses interrogations et sa quête de justice et de vérité. Au fil des chapitres on y découvre bien entendu le co-fondateur en 1929 avec Lucien Fevbre des mouvement et revue des Annales d'histoire économique et sociale qui ont révolutionné la discipline historique et les sciences sociales, mais aussi l'intellectuel juif agnostique, l'humaniste, l'universitaire spécialiste du Moyen-âge, le citoyen français amoureux de la République et le résistant du réseau Francs-Tireurs qui fut torturé avant d'être fusillé par les Allemands le 16 juin 1944.