Microsoft Bing
Microsoft Bing

Microsoft est un vilain petit copieur ! c'est en substance ce que Google vient de démontrer en piégeant la firme de Redmond.

L'affaire concerne Bing, quatrième mouture du moteur de recherche de Microsoft (après MSN Search, Windows Live Search, puis Live Search). Son principe est simple: lorsque Bing ne trouve pas de résultats sur une requête, il va piocher en douce dans la base de données de Google.

Ce dernier, qui se doutait de quelque chose, a décidé de prendre Microsoft la main dans le sac en lui tendant un petit piège du genre "pot de miel". Les ingénieurs de Google ont ainsi inventé de toutes pièces une centaine de mots synthétiques ne retournant aucun résultat, ni sur Google ni sur Bing, type "delhipublicschool40 chdjob", "aaxixitadamo" ou encore "tarsorrhaphy". Ils ont intégré dans leur moteur de recherche une fausse page de résultats pour chacun de ces termes, puis ont ensuite lancé des requêtes via la barre d'outils du navigateur Internet Explorer 8 de Microsoft avec la fonction "Suggestion de sites" activée. Bingo ! À peine deux semaines plus tard, Bing affichait les résultats fictifs de Google. Preuve est faite, selon les ingénieurs de Mountain View, que les résultats affichés par Google sont capturés par Internet Explorer pour être ensuite renvoyés à l'identique par Bing.

Bien en peine d'expliquer pourquoi les données piégées se retrouvent dans sa base de données, Microsoft préfère botter en touche, admettant toutefois à demi-mots que, dans certains cas — on n'en doute pas marginaux --, le "puissant" algorithme de Bing peut s'inspirer de résultats puisés dans des moteurs de recherche concurrents, dont celui de Google.

Pour l'instant, Google n'envisage pas de procès pour ce qui pourrait s'apparenter à de la contrefaçon et du vol de données, mais tient toutefois à faire savoir qu'il n'apprécie guère le procédé. Les responsables du leader des moteurs de recherche diffusent en détail sur leur blog officiel la méthode de pillage utilisée par Microsoft et expliquent: "A tous les utilisateurs qui cherchent les résultats les plus authentiques et pertinents, nous vous encourageons à venir directement sur Google. Et à tous ceux qui se demandent ce que nous pensons de tout cela, la réponse est simple: nous aimerions que ces pratiques cessent".

Malgré ces méthodes plus que douteuses — une habitude chez Microsoft, dont une bonne partie des produits provient souvent du recyclage, sinon du pillage de produits inventés par d'autres --, le niveau de pertinence des réponses fournies par Bing reste particulièrement mauvais face à celui de Google. Et huit ans après le lancement de MSN Search, la firme fondée par Bill Gates et Paul Allen n'a toujours pas réussi à s'implanter de manière significative dans le secteur de la recherche sur internet, ce qui la prive d'une bonne partie de la manne publicitaire aujourd'hui presque entièrement raflée par Google. Un échec de Bing, après le rachat manqué de Yahoo! et l'abandon du moteur Live Search Book, pourrait porter un coup fatal à sa division internet.