Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Jacques Chirac

Jacques Chirac

Le procès de Jacques Chirac aura bien lieu du 7 mars au 8 avril 2011, a confirmé aujourd'hui le tribunal correctionnel de Paris à l'issue d'une d'une audience technique visant à rapprocher deux procédures visant l'ancien chef de l'Etat (l'une à Paris, l'autre à Nanterre).

Jacques Chirac est poursuivi en sa double qualité de Maire de Paris -- fonction qu'il a exercé de 1977 à 1995 -- et de président du RPR -- de 1976 à 2002 -- pour le financement présumé illicite de l'ancien mouvement gaulliste. Il est accusé d'avoir fait salarier des permaments de l'ex-RPR par la Mairie de Paris et par des entreprises de BTP de la région parisienne.

En l'état actuel du dossier, le ministère public a requis un non-lieu en faveur de Jacques Chirac dans les deux affaires. En vertu d'un protocole d'indemnisation signé récemment entre l'UMP, Jacques Chirac et la Ville de Paris, l'UMP et l'ancien Président de la République ont par ailleurs remboursé à la municipalité parisienne environ 2,2 millions d'euros correspondant aux salaires des emplois fictifs de l'époque. En contrepartie, la ville, aujourd'hui administrée par le socialiste Bertrand Delanoë, s'est désistée de sa constitution de partie civile.

La requête de l'avocat de Jacques Chirac, M. Jean Veil, qui a demandé vainement un "sursis à statuer" pour des raisons de procédure, a donné lieu à des spéculations sur la santé de l'ex-Président de la République. Âgé aujourd'hui de 78 ans et très discret depuis son départ de l'Elysée, il a déjà été victime d'un accident vasculaire cérébral en 2005. Au cours de ses dernières apparitions publiques -- en particulier au cours d'un déjeuner au Bristol avec Nicolas Sarkozy le 21 janvier et à l'inauguration le 30 janvier d'un musée des enfants juifs internés dans les camps du Loiret -- il a semblé fatigué et ayant du mal à marcher seul. Il n'en fallait pas plus pour que la rumeur médiatique s'emballe. Dans son édition du week-end, le Journal du Dimanche fait état de "troubles de mémoire" et de possible maladie d'Alzheimer pour l'ancien chef de l'Etat. Le quotidien sarkozyste cite des témoins anonymes ainsi que l'inquiétude paplpable de Bernadette Chirac à l'égard de son mari.

Cette dernière a démenti aujourd'hui, déclarant que le JDD lui prêtait des propos qu'elle n'a jamais tenus. "Les médecins lui ont dit qu'il n'a pas la maladie d'Alzheimer, je les crois", at-elle affirmé, ajoutant "il a 78 ans, il n'est plus exactement ce qu'il a été. Il souffre par moments d'un certain nombre de troubles dont on ne sait pas s'ils sont liés à un effet à distance de son petit accident vasculaire cérébral (AVC) ou au processus normal de vieillissement. Il a des difficultés de marche, de temps en temps, et d'audition. Il a parfois des troubles de mémoire et, à certains moments, il peut faire preuve d'une forme d'impatience". Concernant le procès, elle précise que son époux "a toujours dit qu'il voulait être traité comme un justiciable comme un autre. Il a dit qu'il irait à son procès et il le fera."

Plusieurs personnalités politiques de droite comme de gauche ont également critiqué les rumeurs sur l'état de santé de Jacques Chirac. François Hollande, présidentiable PS, qui ne cache pas sa sympathie pour son voisin de Corrèze, indique que "Lorsque je discute avec lui, j'ai en face de moi un homme cohérent et qui ne perd rien de sa mémoire, ni à l'égard de ses amis, ni à l'égard de ses adversaires". Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, ressent pour sa part "un profond malaise devant le voyeurisme de certains". Elle défend "l'extraordinaire dignité de Jacques Chirac [...] qui ne s'est jamais dérobé, a toujours dit qu'il irait devant les juges et qu'il dirait sa part de vérité aux juges". Patrick Ollier, ministre des relations avec le Parlement, estime pour sa part qu'au cours de ses récentes rencontres avec lui, il n'a rien vu "pouvant laisser penser que Jacques Chirac a un problème de santé". Renaud Muselier, député UMP proche de Jacques Chirac, estime quant à lui qu'il "a toute la tête d'un homme de son âge, [...] moi qui suis médecin, je peux vous dire qu'il n'a ni de près ni de loin les symptômes de l'Alzheimer", assure-t-il. Le ministre de la Défense, Alain Juppé, indique lui avoir trouvé Jacques Chirac "en grande forme" lorsqu'il l'a rencontré il y a quelques semaines à Paris. L'essayiste Alain Minc, conseiller de Nicolas Sarkozy, est de son côté "choqué" par la Une du JDD. "Si Jacques Chirac était président de la République, l'interrogation sur sa santé serait une interrogation légitime, comme à l'inverse le silence de François Mitterrand président de la République posait problème. Jacques Chirac est une personne privée. Je trouve cette transgression malvenue", a-t-il déclaré. Même son de cloche du côté de Benoît Hamon, porte-parole du PS, qui estime que les informations sur l'état de santé de Jacques Chirac relèvent désormais de "la vie privée". Enfin, pour Luc Chatel, ministre de l'Education, "Il n'est plus président de la République et sa santé ne regarde que lui et sa famille".

Le principal interressé, interrogé ce matin à la sortie de son domicile parisien, affirme quant à lui qu'il se porte "très bien". "Je me porte très bien, je vous remercie. Je vous souhaite de vous porter aussi bien", a-t-il ironisé.