Marie-Claude Pietragalla
Marie-Claude Pietragalla

Forte personnalité du monde de la danse, Marie-Claude Pietragalla présente au Palace sa dernière création, La tentation d'Eve. Une fresque symbolique sur l'évolution de la femme qu'elle interprète en solo.

Après Marco Polo, pourquoi un solo et pourquoi vous intéresser au personnage d'Eve ?

Marie-Claude Pietragalla: J'avais envie d'un travail plus intime, tout en traitant d'un thème universel : la femme. J'ai voulu remonter à la genèse, à Eve, la première femme, l'éternel féminin et dérouler le fil jusqu'à la femme du XXIe siècle. Parler de son évolution, de ses interrogations.

Quels modèles de femmes incarnerez-vous sur scène ?

Marie-Claude Pietragalla: Je passe de cette Eve à la guerrière, en passant par la femme travestie, la femme emprisonnée dans un carcan social, l'artiste, la femme des années 1960 réduite à la ménagère, la "working girl". Je questionne l'essence même de la femme. On a toutes en nous la première femme, Eve, comme un héritage. Celui de la tentatrice que l'on porte depuis des siècles. J'ai eu envie de mettre un coup de pied dedans. Nous ne sommes pas obligées de porter ce sac à dos.

Y a-t-il aussi un regard masculin ?

Marie-Claude Pietragalla: Celui de Julien Derouault, avec qui je conçois toutes mes créations. Et j'ai choisi deux hommes pour m'accompagner dans ce voyage. Marek Halter, qui dit le début de la Genèse en hébreu, et Daniel Mesguich.

Vous avez aussi créé une bande-son originale...

Marie-Claude Pietragalla: Oui, chaque personnage a son costume, sa gestuelle et son univers musical, qui va de la musique électro à Bach en passant par Daft Punk, Lully ou Barbara. Une façon d'exprimer que chaque femme se réinvente.

-----

Marie-Claude Pietragalla, La tentation d'Eve, jusqu'au 12 février et du 1er au 12 mars 2011 au Palace, 8 rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris, Tél: 0140226000.