Orange
Orange

À compter du 1er février 2011, Orange, leader des télécoms en France, offrira sans supplément de prix à ses abonnés quadruple play un service de téléphonie illimitée vers les mobiles.

L'ensemble des abonnés Internet (ADSL / fibre) d'Orange pourra bénéficier de ce service via la Livebox, et ceci dès février, automatiquement et sans aucun surcoût pour ceux déjà inscrits à une offre quadruple play de l'opérateur — c'est-à-dire l'Offre "Open", qui comprend déjà en illimité l'internet, la télévision, le téléphone fixe ainsi qu'un forfait vers les mobiles tout compris à partir de 54,90 euros/mois. Les abonnés ayant souscrit à l'offre Open haut de gamme (24/7, 115 euros par mois) bénéficieront en plus des appels illimités de leur mobile vers les autres mobiles. Pour les formules d'abonnement triple play, donc autres que Open, le service sera en option à 3 euros par mois à partir du mois d'avril.

Stéphane Richard, directeur général de Orange, a annoncé hier cette évolution tarifaire qui aligne les prix de l'opérateur historique sur ceux de Free (offre Freebox "Révolution") et de SFR (offre Neufbox Évolution). Selon lui, Orange est même désormais moins cher que Free: "Notre option est à 3 euros par mois alors que celle de Free est à presque 6 euros par mois", affirme-t-il en faisant allusion au surcoût de 5,99 euros par mois facturé par Free pour accéder au dégroupage total.

À noter que l'offre concurrente de Free — qui a bénéficié d'une étonnante couverture médiatique par des "journalistes" plus complaisants que véritablement compétents — est sérieusement critiquée par les experts et les associations de consommateurs. L'UFC-Que Choisir estime notamment que ses conditions d'utilisation ne sont pas transparentes et contraires au Code de la consommation. Lecture faite des conditions spécifiques extrêmement alambiquées du contrat d'abonnement à Free, elle juge en effet que son offre si "révolutionnaire" n'est en rien illimitée puisqu'elle comporte de nombreuses "restrictions" et renvoie en réalité à "un usage raisonnable" de durée des appels. Dans l'impossibilité d'obtenir des précisions de Free sur ce point, l'association estime que l'opérateur considérerait donc que la limite "raisonnable" de son "illimité" n'est actuellement que d'environ 5H, selon le chiffre publié chaque trimestre par l'Autorité de Régulation des Communications (Arcep). Free a déjà été condamné en justice dans le passé pour des abus de ce type concernant son offre triple play.