Clint Eastwood
Clint Eastwood

À bientôt 81 ans (il est né le 31 mai 1930), Clint Eastwood est avec Woody Allen, Jean-Luc Godard et Manoel de Oliveira, l'un des derniers grands cinéastes de sa génération à tourner encore des films, et ce à raison d'au moins un par an depuis des décennies. Fait notable, l'ensemble de son oeuvre reste largement au-dessus de la moyenne hollywoodienne, même si certains de ses long-métrages peuvent parfois connaître quelques pesanteurs. Après Invictus consacré à Nelson Mandela, et en attendant son biopic sur le célèbre directeur du FBI J. Edgar Hoover incarné par Léo Di Caprio, Au-delà, son 31e film, sort cette semaine en France.

Dans Au-delà — écrit par le scénariste Peter Morgan, auteur notamment de The Queen et de Frost / Nixon --, Clint Eastwood se penche sur les mystères de la vie après la mort. Avec la sagesse d'un homme viellissant qui a déjà abordé le thème de la mort à de nombreuses reprises dans ses films, il suit les destinées de trois personnages hantés par les interrogations que soulève leur humaine finitude.

La française Marie (Cécile de France), journaliste égotiste star de la télé, connaît lors de vacances à Sumatra une NDE, une expérience de mort imminente — c'est la première séquence de Au-delà, particulièrement spectaculaire à travers une étonnante reconstitution du tsunami qui a touché l'Asie du Sud-Est en décembre 2004. De retour à Paris, elle est perturbée par d'étranges hallucinations alors qu'elle se travaille sur la biographie de François Mitterrand.

George (Matt Damon), ouvrier de San Francisco qui a failli mourir d'une maladie infantile, cherche de son côté à fuir son don de voyance qui lui permet de communiquer avec les morts. Dépressif, il décide d'entamer une nouvelle existence comme docker, car "une vie consacrée à la mort, ce n'est pas une vie".

Le collégien anglais Marcus (Bryce Dallas Howard) quant à lui, tente par tous les moyens de rentrer en contact avec son frère jumeau récemment décédé dans un accident.

Paris, San Francisco, Londres, trois villes, trois destins, trois recherches d'une vérité au-delà de la vie. Les trajectoires de ces trois personnages hantés par la mort et par les interrogations qu'elle soulève finiront par se télescoper. Ce que ces trois êtres perçoivent progressivement de l'au-delà changera leur vie à jamais.

Avec ce film psycho-mystico-fantastique en forme de triptyque, le réalisateur de Gran Torino, de Mystic River et de Million Dollar Baby signe un nouvel opus sobre, méditatif, délicat et grave qui, magré quelques maladresses bien compréhensibles sur un tel sujet, parvient à éviter le pathos et les questions religieuses. Il y aborde ses principaux thèmes de prédilection, déjà présents dès son premier film, Breezy, en 1973: l'amour, la transmission grâce à des figures tutélaires, la quête d'une seconde chance, le travail du deuil, le combat pour une certaine sérénité,... mais ne répond pas à la question qui nous taraude: "Nous ne savons pas de quoi est fait l'au-delà, mais nous savons qu'ici-bas, la mort est bel et bien la fin de toutes choses", se contente-t-il d'affirmer.

Si l'on peut discuter certains choix de Clint Eastwood, et sans doute du producteur Steven Spielberg dont on sent nettement la présence — égarements par moments dans le mélo, mise en scène un peu paresseuse faite de sages allers-retours, montage alterné et linéaire par trop classique, naïvetés et gros clichés pour la partie française, images stéréotypées de l'au-delà, scènes de spiritisme ratées, etc... --, la direction d'acteurs demeure elle parfaitement efficace avec un Matt Damon aussi sombre qu'introverti et une Cécile de France parvenant à rester émouvante malgré son personnage de "française vue d'Amérique".

-----

Clint Eastwood, Au-delà, avec Matt Damon, Cécile de France, Bryce Dallas Howard et Thierry Neuvic.