Bibliothèque de Clamart

La bibliothèque pour enfants de l'association La Joie par les livres, située au coeur de la Cité de la Plaine à Clamart, aurait dû fermer ses portes le 04 février dernier. Mais les habitants de ce coin des Hauts-de-Seine, classé Zone d'Éducation Prioritaire (ZEP), n'entendent pas subir la disparition de cet élément de leur patrimoine et de leur vie sociale et culturelle sans réagir. Pétitions de soutien, manifestations solidaires et occupations des lieux se multiplient depuis une semaine sous la houlette du collectif Pour que vivent nos cités, afin de faire reculer le Ministère de la Culture et la municipalité.

Officiellement fermée pour raisons de sécurité — le bâtiment inscrit à l'inventaire des Monuments historiques ne serait plus conforme aux normes d'accueil du public — et aujourd'hui privée de la plupart des subventions de la Ville et de l'État nécessaires à son fonctionnement, la petite structure culturelle de proximité qui compte 600 lecteurs inscrits, a décidé de se battre pour continuer son travail d'éducation populaire.

Créée en 1965 sur des fonds apportés par la mécène Annette Schlumberger, avant d'être reprise par l'État en 1972 via une convention tripartite associant le Ministère de la Culture, la municipalité de Clamart et l'association La Joie par les livres, la bibliothèque jeunesse de Clamart a en effet joué un rôle novateur dans le domaine de la diffusion du livre et de la lecture en milieu défavorisé. Associant prêt de livres et activités en tous genres autour de l'alphabétisation et de la formation culturelle, elle est devenue un lieu phare en matière de lecture publique. Plusieurs milliers de bibliothèques en France et à l'étranger se sont inspirées de son expérience exemplaire.

La lutte semble porter quelques fruits puisque Benoît Yvert (Directeur du Livre au Ministère de la Culture) et Philippe Kaltenbach (maire PS de Clamart qui tente aujourd'hui de se justifier en dénonçant le désengagement de l'État), viennent de publier ensemble un communiqué indiquant que des travaux seront effectués afin de "permettre la réouverture de la bibliothèque dans les prochains jours". Un espoir donc pour les associations en lutte. Aucun engagement réellement concret ne semble toutefois pris pour le maintien de l'activité dans l'avenir. Les deux fonctionnaires ainsi que Nic Diament (directrice de la bibliothèque depuis 2001) préfèrent au contraire insister sur l'ouverture prochaine à Clamart d'une nouvelle médiathèque municipale.

Geneviève Patte, co-fondatrice de la La Joie par les livres et farouchement opposée à la fermeture du lieu, doute de la réussite du nouveau projet. Selon elle, le succès de la bibliothèque originelle venait de sa situation au coeur de la cité, de son histoire, de sa valeur architecturale et surtout du fait que les enfants de la cité étaient très associés à la gestion quasi "familiale" de l'activité du lieu. Ils s'y rendaient seuls et s'y sentaient comme chez eux, ce qui ne sera sans doute plus le cas dans la nouvelle médiathèque ultramoderne implantée au bord d'une route à plus de 350 m du quartier. Elle estime que, plutôt qu'une fermeture, c'est au contraire d'un nouveau développement à l'échelle nationale que devrait bénéficier l'expérience historique de La Joie par les livres.