Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Ségolène Royal

Ségolène Royal

Ségolène Royal a choisi la presse régionale pour annoncer hier sa candidature aux primaires socialistes en vue de l'élection présidentielle de 2012.

"J'ai longuement réfléchi et beaucoup consulté. Le moment est venu d'avancer dans la clarté et la simplicité", a-t-elle déclaré hier à deux quotidiens de sa région Poitou-Charentes aux titres prédestinés, La Nouvelle République du Centre et Centre Presse. "Qui ne voit que la droite est déjà en campagne ?", a-t-elle lancé pour justifier sa décision, ajoutant qu'elle a consulté Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn avant d'annoncer officiellement sa candidature. "Nous avons une alliance fraternelle entre nous pour qu'il n'y ait pas de guerre des chefs" [...] "Ce n'est pas une compétition les uns contre les autres", a-t-elle répété.

Par cette candidature anticipée, Ségolène Royal confirme aussi son désir d'accélérer le processus de désignation du candidat socialiste, contrairement aux souhait de ses principaux adversaires. "Martine pense que le candidat à la présidentielle doit se déclarer le plus tard possible pour subir le moins d'attaques possible de la droite, moi, je pense que l'on ne rentre pas dans une bataille à reculons", a justifié l'ex-candidate PS à l'Elysée, rappelant qu'elle avait "pris beaucoup de coups" lors de la campagne de 2007 contre Nicolas Sarkozy.

La semaine dernière, Ségolène Royal avait pris ses distances avec Martine Aubry, la première secrétaire du PS, qui affirmait l'existence d'un pacte entre les trois poids lourds du parti: Ségolène Royal, Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn. À propos de ce dernier, actuel président du Fonds Monétaire International (FMI), chouchou de Nicolas Sarkozy et favori des sondages de la presse de droite, elle n'exclue pas de conclure un accord avec lui afin de trouver le "meilleur dispositif gagnant". "La responsabilité qui est la mienne, si je suis élue présidente de la République, c'est de vous dire aujourd'hui que le meilleur premier ministre, le meilleur chef de gouvernement que la France pourrait avoir en pleine crise monétaire internationale, c'est Dominique Strauss-Kahn", a précisé la présidente du Conseil régional du Poitou-Charentes sur France-Inter.

Pour Benoît Hamon, porte-parole et principal animateur de la convention "Égalité" du Parti Socialiste, la candidature de Ségolène Royal aux primaires du PS pour la présidentielle de 2012 est "logique et prévisible". "Quand on organise des primaires, on ne peut pas décider du calendrier des uns et des autres", a-t-il fait valoir, insistant sur le fait que "la solution ne viendra pas d'une personne mais du projet politique" porté par le PS.

Le candidat officiel du parti sera choisi à l'automne 2011, après la clotûre du dépôt des candidatures en juin et à l'issue d'un scrutin ouvert à tous les sympathisants de gauche. Le député-maire d'Evry Manuel Valls et le député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg se sont déjà officiellement déclarés. François Hollande, qui juge lui aussi que le calendrier des primaires est trop tardif et trop taillé au bénéfice de DSK (tenu par son devoir de réserve au FMI jusqu'à l'automne 2012), ne devrait pas tarder à le faire, ainsi que le député du Doubs Pierre Moscovici.