Oliver Stone
Oliver Stone

Sorti en 1987, quand la place financière américaine ressemblait à une poule aux oeufs d'or, Wall Street, d'Oliver Stone conserve encore aujourd'hui une belle notoriété. Vingt-trois ans après la sortie de ce film à succès, et alors que la plus grave crise financière depuis 1929 agite la planète, la suite, intitulée Wall Street : l'argent ne dort jamais, sort cette semaine en salles.

Wall Street, version 1987, soit l'univers obscur et énigmatique du plus grand centre financier au monde. En plein coeur de Manhattan, ce quartier d'affaires réunit les pires manipulateurs, agissant sans scrupules ni aucune morale. Oliver Stone fait le tour d'horizon des coups bas et manipulations qui animent quotidiennement le lieu. Le jeune Bud Fox, joué par Charlie Sheen, y découvre le combat quotidien d'un banquier d'affaires. Réussissant à séduire un investisseur aussi charismatique qu'impitoyable — Gordon Gekko (alias Michael Douglas, Oscar du meilleur acteur en 1987 pour cette interprétation), icône des traders de l'époque pour son célèbre "Greed is good" ("L'avidité, c'est bien") — il investit les plus sombres places de la finance américaine. Ambitieux, il comprend vite qu'avarice et malhonnêteté sont les principales qualités pour réussir dans ce milieu cruel où les plus vicieux règnent en maîtres.

Avec Wall Street, version 2010, Oliver Stone replonge dans les scandales financiers, la bourse en folie et les dérives de l'ultra-capitalisme qui n'ont fait qu'empirer. On avait quitté Gordon Gekko condamné à la prison pour fraude boursière, on le retrouve libre, mais ruiné et lessivé après une vingtaine d'années passées derrière les barreaux. Exclu du partage du gâteau mondial, il n'a en outre plus aucune relation avec sa fille Winnie. Cette dernière n'est autre que la petite amie de Jacob Moore (Shia LaBeouf), un jeune trader talentueux et idéaliste, qui veut venger la faillite et le suicide de son mentor en finances. Quand les deux hommes se rencontrent, ils concluent une alliance. Mais rien ne dit que Gekko a perdu son avidité de financier cynique. L'ex-golden boy des années '80 ne tarde pas à constater que rien n'a changé dans le royaume du fric roi, sinon que les millions de dollars sont devenus des milliards. Il renoue avec les affaires immorales en manipulant Jacob Moore.

Oliver Stone livre ici une très bonne réactualisation de son propos des années 1980 et démontre malheureusement que les requins du capitalisme sont devenus encore plus nombreux, plus avides, et que la réalité ne les rattrape que bien trop tard, lorsque ce sont les peuples qui doivent payer les dégâts causés par la crise économique qu'ils ont créé de toutes pièces.

-----

• Oliver Stone, Wall Street : l'argent ne dort jamais, avec Michael Douglas, Shia LaBeouf, Carey Mulligan et Susan Sarandon.

Wall Street, premier volet, en DVD et Blu-ray, avec en bonus le making of, le documentaire Greed is Good sur le monde implacable de Wall Street, ainsi que des scènes coupées commentées par Oliver Stone.