Xavier Beauvois
Xavier Beauvois

Coup de coeur du dernier Festival de Cannes, Des hommes et des dieux, de Xavier Beauvois, pourrait connaître la même destinée que celle rencontrée l'année dernière par le film de Jacques Audiard, Un prophète. Tous deux y ont d'ailleurs reçu la même récompense, le Grand Prix du jury.

Le cinquième long métrage de Xavier Beauvois raconte librement les derniers mois d'existence des moines de Tibéhirine, assassinés en Algérie en 1996 par un groupe islamiste fondamentaliste. Le récit débute en 1993 et s'applique à montrer le quotidien austère des moines cisterciens, entre prières, moments de recueillement et chants liturgiques. Y est illustrée également l'harmonie dans laquelle les frères vivaient avec leurs voisins musulmans, leur prodiguant soins médicaux et aides administratives.

Lorsque survient l'ultimatum donné aux étrangers de quitter le pays, la question se pose alors pour eux de partir ou de rester, véritable dilemme qu'ils vont devoir trancher ensemble. L'occasion pour Xavier Beauvois de donner corps à la question du choix de ces hommes, des motivations profondes de leur engagement et de leur abnégation.

Quitte à perdre quelques spectateurs en chemin, le réalisateur de N'oublie pas que tu vas mourir et du Petit lieutenant propose une oeuvre volontairement contemplative, reflétant le rythme imperturbable des journées de ces moines isolés dans les montagnes. Ce dépouillement visuel et sonore s'octroie néanmoins un pur moment de grâce. Le repas qui fait suite à leur décision de rester, coûte que coûte, lui permet de filmer au plus près les visages et de célébrer les plaisirs simples de la vie, la communion des hommes dans les rires, les pleurs et la musique.

-----

Xavier Beauvois, Des hommes et des dieux, avec Lambert Wilson et Michael Lonsdale.