Étienne de La Boétie
Étienne de La Boétie

Étienne de La Boétie est né le 1er novembre 1530 à Sarlat (Périgord), province qui donna plusieurs écrivains de la Renaissance comme entre autres Montaigne, Monluc ou Bernard Palissy. Il appartient à une famille de petite noblesse de robe. Son père étant mort prématurément, il est élevé par son oncle, qui est prêtre.

On ne sait où Étienne de La Boétie fait ses études mais elles s'achèvent à Orléans, où, le 23 septembre 1553, il obtient son grade de licencié en droit civil. Il obtient tout de suite, avec une dispense d'âge, un office de conseiller au Parlement de Bordeaux.

En 1557, il fait la connaissance de Montaigne. À cette date, il a déjà écrit le Discours de la servitude volontaire, sans qu'on puisse dire à quel âge exactement: à dix-huit ans, ou même à ses seize ans, comme l'assure Montaigne, qui varie dans ses déclarations,, peut-être pour atténuer la portée d'un ouvrage diffusé alors par les protestants. Le Discours de la servitude volontaire, en tout cas, porte trace de faits dont la consignation ne peut être antérieure à 1552-1553.

Vers la fin de l'année 1561, La Boétie rédige un important Mémoire sur la pacification des troubles, sans doute pour préparer l'assemblée des parlementaires qui s'ouvre le 3 janvier 1562.

Lorsqu'il meurt, à trente-trois ans, il laisse encore des traductions de Plutarque, de Xénophon et de l'Arioste, des lettres, des sonnets et des poésies latines. Montaigne en publiera une grande partie, omettant toutefois le Discours et le Mémoire. C'est en effet à l'amitié de Montaigne, de deux ans son cadet, que La Boétie doit de n'être pas oublié. Le type même de "l'amitié-passion", née soudain avec "l'imprévu et la rapidité de l'amour", dit Sainte-Beuve.

En vers latins, Etienne de la Boétie célèbrait entre eux ce "mariage des âmes". Après la mort de son ami, Montaigne portera le deuil et vivra dans le culte de sa mémoire. Grossissant son importance, lui si peu prodigue en admiration, il le proclame "le plus grand homme du siècle" et fait de lui un génie méconnu ayant, "tout le long de sa vie, croupi méprisé aux cendres de son foyer domestique".

Le livre principale de La Boétie reste le Contr'Un ou Discours de la servitude volontaire. Le texte a été utilisé non seulement par les pamphlétaires protestants, mais aussi à chaque époque troublée, en 1789, sous la Restauration, etc. Lamennais le réédita après 1830 et en fit une arme contre la monarchie de Juillet. En 1942 encore, il fut publié aux Etats-Unis par la Columbia University Press edition sous le titre d'Anti-Dictator.