Antoine Blondin
Antoine Blondin

Antoine Blondin est né à Paris le 11 avril 1922. Il est, aux côtés de Roger Nimier, Jacques Laurent ou Michel Déon, de ce groupe de romanciers volontiers légers et désinvoltes que l'on a appelé les "Hussards".

Après de brillantes études au lycée Louis-le-Grand et une licence de lettres, il se trouve pendant la guerre envoyé en Allemagne par le STO. De l'histoire de son rapatriement il fera son premier livre, L'Europe buissonnière, où il donnera à cet épisode le ton mi-tragique mi-comique d'un roman picaresque. À travers le personnage de Muguet, qui, au milieu d'une vingtaine de comparses, traverse la guerre et l'Europe avec insouciance, apparaît déjà la vocation d'amuseur d'Antoine Blondin, de même que son rapport particulier avec l'autobiographie. "L'identité, quel fier principe !", dira-t-il dans Monsieur Jadis où, de même que dans la plupart de ses autres romans, il recourt à l'emploi d'une première personne qui n'est ni proprement autobiographique, ni proprement fictionnelle.

Ce goût de la manipulation sur soi, assorti d'un amour des jeux de mots, d'une tendresse pour les personnages marginaux, décalés, et d'une volonté d'affranchissement à l'égard des conventions, lui permettent de présenter la vie sous un jour délibérément léger et provocant. "Le désespoir est un des diapasons que je ressens le plus violemment dans mon existence. En même temps, j'ai toujours eu une vocation de rigolade solidement établie. Ça alterne, ça se succède, et finalement ça va très bien ensemble" (Entretiens avec Jean-Louis Ezine).

L'oeuvre d'Antoine Blondin se compose de nouvelles, de courts romans et de chroniques. Dans Les enfants du bon Dieu, c'est un professeur qui se livre à un enseignement fantaisiste de l'histoire; dans Un singe en hiver, un joyeux compagnonnage d'alcooliques. Albert Quentin, vieux buveur, a juré que si son hôtel survivait à un bombardement, il renoncerait à l'alcool. L'hôtel est épargné. Albert s'exécute, et mène dans son hôtel de Normandie une vie de retraité sobre et sans histoire. Survient alors un autre alcoolique, Gabriel Fouquet, qui n'a renoncé à rien et continue à croire aux rêves que la boisson peut dispenser. C'est l'occasion d'un affrontement animé et espiègle où Blondin donne forme à ses propres doutes et incapacités à se résigner. Un film fut adapté de ce roman, sous la direction de Henri Verneuil, avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo dans le rôle des deux compères.

Ce motif de l'ébriété synthétise bien l'univers fantaisiste et lyrique d'Antoine Blondin. De même que chez Paul Morand, la fragilité exprime l'existence. Dans Monsieur Jadis, c'est la vie un peu inconsistante d'un homme partagé entre plusieurs foyers qui est décrite; dans L'Humeur vagabonde, le personnage principal, Benoît, quitte sa femme et ses enfants pour tenter la fortune à Paris; il échoue, revient en province, voit mourir sa femme à l'issue d'une tragique méprise, retourne à Paris. Le thème du vagabondage et de la difficulté à se fixer revient au fil de son oeuvre. L'attention qu'il porte à l'observation du réel est précise et fraternelle.

Outre Paris, dont il illustrera la poésie et les quartiers populaires, et avec lequel il entretient des relations complexes, Antoine Blondin eut un autre amour célèbre, auquel il consacrera une plume enthousiaste et beaucoup d'énergie: le cyclisme. À travers son travail assidu comme reporter du Tour de France pour L'Équipe, c'est la même vision poétique du déplacement qu'il poursuivra, le même goût pour la camaraderie et l'allégement collectif du tragique de l'existence.

La manière d'Antoine Blondin se caractérise essentiellement par l'absence d'esprit de sérieux, la distance à l'égard des émotions, l'utilisation quasi directe des personnages de la vie, le franc-parler et les jeux de mots. "La langue française est la langue naturelle d'Antoine Blondin", disait de lui Marcel Aymé, qu'il a toujours considéré comme son maître.

Antoine Blondin est mort à Paris le 7 juin 1991.

-----

Antoine Blondin, Oeuvres (Collection Bouquins, Éditions Robert Laffont).