Herta Müller
Herta Müller

Herta Müller est née le 17 août 1953 à Nitchidorf, dans la région roumaine germanophone de Banat. Son père est un ancien soldat nazi devenu chauffeur routier.

Elle passe les trente-quatre premières années de sa vie au sein de la minorité Souabe, qui compte quelque 250.000 germanophones. De 1973 à 1976, elle étudie la littérature à l'université de Timisoara, puis travaille comme traductrice dans une usine. Proche de l'Aktiongruppe Banat, un groupe d'intellectuels Souabes défenseurs de la liberté d'expression, elle est surveillée par la Securitate (police politique du régime de Nicolae Ceausescu). En 1979, elle perd son emploi après avoir avoir refusé de coopérer avec la police secrète. Elle gagne alors sa vie en donnant des cours d'allemand.

Herta Müller publie son premier livre, Niederungen (Les basses terres) en 1982, mais le roman est caviardé par la censure. En 1984, elle tente de faire paraître un second livre, Drückender Tango, également censuré. La même année, Niederungen est publié en version originale intégrale en République Fédérale d'Allemagne. Trois ans plus tard, grâce à l'aide du Pen Club et de l'Union des Ecrivains allemands, la romancière s'exile à Berlin-Ouest avec son mari, l'écrivain Richard Wagner.

Herta Müller enseigne dès lors à titre de professeur invité dans plusieurs universités allemandes et étrangères. Elle publie plusieurs romans et essais littéraires, dont notamment Der Fuchs war damals schon der Jäger (traduit en français en 1990 sous le titre Le renard était déjà le chasseur), et Der Mensch ist ein groSer Fasan auf der Welt (L'Homme est un grand faisan sur terre, 1994). En 1995, elle devient membre de l'Academie allemande de langue et de littérature. La plupart de ses livres — une trentaine publiés en Allemagne entre 1985 et 2010, tous interdits à Bucarest jusqu'à la chute de Ceausescu — traitent du quotidien sous la dictature communiste roumaine. Oppression, trahison, intolérance, corruption, peur et humiliation jalonnent ses textes.

Inconnue du grand public, mais lauréate de nombreux grands prix littéraires allemands et européens — Prix Kleist (1994), Prix Aristeion (1995), Prix de littérature de Graz (1997), Prix Impac (1998), Prix de littérature de Berlin (2005), Prix Würth de Littérature Européenne (2006),... — Herta Müller devient en octobre 2009 la douzième femme lauréate du prix Nobel de littérature. Dans ses attendus, l'Académie suédoise indique vouloir récompenser l'auteur d'une oeuvre qui, "avec la densité de la poésie et la franchise de la prose, dépeint l'univers des dépossédés". La Convocation, qui dépeint l'angoisse d'une femme convoquée par la police secrète roumaine, est réédité en France.

Le dernier roman de Herta Müller, Atemschaukel (La balançoire du souffle, où elle évoque la déportation de sa mère dans les camps de travail communistes en Ukraine de 1945 à 1950), sera publié chez Gallimard à l'automne 2010.