Eli Paperboy Reed
Eli Paperboy Reed

Surnommé le "Sam Cooke local" par le Boston Herald en hommage à une légende de la soul, le chanteur et guitariste au visage poupin, Eli "Paperboy" Reed, vient de sortir Come And Get It, son troisième album, particulièrement pêchu.

Révélation soul de 2008, dans le sillage d'Amy Winehouse ou Joss Stone, avec le disque Roll With You, le prodige américain de 27 ans, biberonné au rythm and blues à l'ancienne, a fait ses armes avec les bluesmen du Mississippi et dans les églises de Chicago. Eli "Paperboy" (un surnom qu'on lui a donné parce qu'il portait le chapeau de son grand-père, semblable à celui des livreurs de journaux, les "paperboys") évoque le glorieux son de ses maîtres à penser, Otis Redding et Wilson Pickett.

Mais lorsqu'il explique ses sources d'inspiration pour son dernier album, c'est à la soul du Chicago de la fin des années 1960 et du début des années 1970 qu'il fait référence: "Notamment Mel & Tyrone Davis. C'est somptueusement produit, avec beaucoup de cuivres et de cordes, mais c'est également assez dur, avec une section rythmique très funky. J'ai essayé de retrouver cette vibe".

Groovy à souhait, les douze nouveaux titres ont été produits par Mike Elizondo (Eminem, Pink, Gwen Stefani, Fiona Apple). Idéal pour voyager vers ce pays lointain des bananes gominées, des milk-shakes et des juke-box.

-------

Eli Paperboy Reed, Come And Get It (EMI).