Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Parti Socialiste

Parti Socialiste

Après avoir validé son projet pour l'élection présidentielle de 2012, la direction du Parti Socialiste a posé hier les bases de l'organisation des primaires qui sélectionneront le candidat socialiste.

Comme prévu, le scrutin sera ouvert à tous les citoyens de gauche, ce qui élargit le pré-électorat du candidat à plusieurs millions de Français. Il faudra toutefois remplir trois conditions pour voter à ces primaires. Tout d'abord, être inscrit sur les listes électorales françaises, ensuite signer une déclaration sur l'honneur d'adhésion aux valeurs de la gauche, enfin faire un don d'au moins un euro le jour du vote.

Outre les prétendants, pas encore déclarés mais déjà connus, du Parti Socialiste -- Martine Aubry, Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn, François Hollande, Laurent Fabius, Manuel Valls,... -- les "partis frères" du PS (Verts, Parti Communiste,...) pourront également présenter un candidat. Afin d'éviter l'inflation des candidatures, il faudra cependant obtenir le soutien d'au moins 5% d'un groupe socialiste constitué: parlementaires, conseillers nationaux, conseillers régionaux ou maires des grandes villes. Côté pratique, le PS envisage de mettre à disposition quelque 15.000 bureaux de vote dans des locaux municipaux le jour du scrutin. Histoire de garantir la transparence, le PS va également créer une haute autorité indépendante qui sera chargée de veiller au bon déroulement du vote.

Sous réserve d'être agréé par le Conseil national et par les militants, un calendrier est d'ores et déjà établi. Il prévoit un dépôt officiel des candidatures en juin 2011 et deux tours de scrutin en octobre de la même année. Ce planning laisse à Dominique Strauss-Kahn, dont le très lucratif mandat de directeur du FMI court jusqu'à l'automne 2012, le temps de continuer à se faire plébisciter dans des sondages artificiels avant de prendre le risque de se présenter devant les électeurs de gauche. François Hollande ou Manuel Valls auraient préfèré pour leur part une désignation dès le mois de juin 2011, afin de laisser plus de temps au candidat "pour structurer et organiser sa campagne". Sans grande chance d'être élus, ces challengers ne voient en effet pas d'un très bon oeil le "pacte de non-agression" qui semble s'opérer entre les trois grands champions en titre du PS, Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal.

Pour Arnaud Montebourg, député PS de Saône-et-Loire et principal artisan de cette procédure inédite d'élections primaires à gauche, "Si les candidats se rassemblent avant, pendant ou même après les primaires, nous aurons alors alors inventé une machine à gagner". "L'objectif des primaires, ce n'est pas d'organiser une compétition féroce", ajoute le porte-parole du PS Benoît Hamon.