Jean-François Colosimo
Jean-François Colosimo

Nombre d'islamologues ne sont passés à côté d'aucun des grands changements de notre temps, sauf peut-être la révolution iranienne de 1979 qui, lorsqu'on regarde les faits avec recul, fut le point de départ de la montée du fondamentalisme islamique.

Premier État du Moyen-Orient à avoir accompli une révolution constitutionnelle en 1906 et nationalisé ses ressources pétrolières en 1951, ce pays de près de 70 millions d'habitants a été un champ d'expérimentation politique et sociale tout au long du siècle dernier. "État à majorité chiite et persane dans une région dominée par les Arabes sunnites, il a été longtemps considéré comme une menace par ses voisins, explique l'universitaire Azadeh Kian-Thiébaut (université Paris VIII-Saint-Denis et CNRS), tant en raison de ses ambitions régionales que de son prosélytisme révolutionnaire." Il est "l'un des rares pays musulmans, argumente ce maître de conférences en science politique, où la nation a précédé l'État moderne — formé à partir des années 1920 sur le modèle de la tradition jacobine française".

Curieux régime théocratique tout de même où le pouvoir suprême est confié à un religieux, Ali Khamenei (70 ans), un "guide de la révolution islamique" qui peut entraver les décisions du gouvernement et imposer ses orientations politiques ! S'il est patent que la république islamique d'Iran ne cesse d'inquiéter l'opinion mondiale, par la voix de son président Mahmoud Ahmadinejad (53 ans), en défiant la communauté internationale et les Nations unies sur l'enrichissement de l'uranium, l'influence des anciens gardiens de la révolution (appelés Pasdaran) aux idées tiers-mondistes et anti-impérialistes préoccupe pareillement les nations occidentales.

Dans un film d'une grande clairvoyance réalisé par Jean-Michel Vecchiet, "Iran, une puissance dévoilée", le philosophe et théologien Jean-François Colosimo raconte et analyse un siècle d'histoire de ce pays en donnant la parole à ses habitants rencontrés sur place dont l'ex-président Hachemi Rafsandjani (75 ans). Avec un luxe documentaire et filmique, l'évocation met au jour les racines historiques, politiques, économiques et sociologiques d'une situation rendue de ce fait moins complexe. On comprend mieux ainsi l'arbitrage des grandes puissances dans une région du monde très instable, l'enjeu pétrolier, les retombées de la guerre Iran-Irak, l'évolution du pouvoir clérical et la transformation de la société iranienne.

L'impartialité de jugement et l'exigence intellectuelle des concepteurs de ce long-métrage (92 minutes) caractérisent également les rédacteurs du dossier de la revue Questions internationales, "L'Iran, aujourd'hui, hier et demain". Sachons gré à l'iranologue Yann Richard (université de la Sorbonne nouvelle-Paris III) de synthétiser la continuité historique de la civilisation iranienne au gré d'un récit captivant. La conscience politique du lecteur est stimulée à l'évocation de l'antique imbrication territoriale de l'Irak et de l'Iran sur les hauts plateaux semi-désertiques reliant l'Asie centrale au Moyen-Orient; elle l'est tout autant au rappel de l'apogée culturelle (grande époque des miniatures persanes) des Timourides (XVe siècle) et des Safavides (XVIe et XVIIe siècles) et de la modernité politique des Pahlavis (le général Reza Khan et son fils Mohammad) — c'est le père qui changea, en 1935, le nom officiel de la Perse en Iran, le "pays des Aryens".

La leçon conjuguée du film et de la revue apporte les clés d'une compréhension si rare qu'il convient de le saluer.

-----

• Jean-François Colosimo et Jean-Michel Vecchiet, Iran, une puissance dévoilée (Arte éditions).

• Revue Questions internationales, L'Iran, aujourd'hui, hier et demain (numéro 25, mai-juin 2007).