Tahar Ben Jelloun

L'écrivain et poète marocain Tahar Ben Jelloun a reçu le prix IMPAC Dublin (Impac Dublin Literary Award), pour Cette aveuglante absence de lumière, un best-seller publié aux éditions du Seuil en 2001 avant d'être traduit et publié en anglais en 2002. Le roman est basé sur des faits réels et évoque à travers le récit d'un ex-détenu le scandale de la prison de Tazmamart, au Maroc, où des centaines d'opposants au roi Hassan II ont été enfermés et supliciés dans le plus grand secret pendant de nombreuses années. Ce sinistre cachot personnel du roi du Maroc a été ouvert en 1991 sous la pression de l'opinion publique internationale. Le jury de l'IMPAC décrit le livre de Tahar ben Jelloun comme "un roman (...) de l'enfer sans limite et du pouvoir spirituel qui permet de survivre, (...) un chef-d'oeuvre écrit avec une simplicité brûlante et une élégance dépouillée". Lors de la sortie du livre en France des voix s'étaient toutefois élevées pour reprocher à l'auteur son long silence avant d'écrire sur le sujet, alors que l'existence de ce bagne inhumain était dénoncée depuis longtemps par les opposants marocains. Agé de 59 ans, Tahar Ben Jelloun vit et travaille à Paris où il a reçu le Prix Goncourt 1987. Il est le deuxième auteur de langue française à remporter l'IMPAC, l'autre étant Michel Houellebecq en 2002 pour Les Particules élémentaires. Le prestigieux prix international IMPAC, richement doté de 100.000 euros, a été créé en 1996 par une grosse firme américaine. Il récompense une oeuvre choisie dans une liste de 10 livres sélectionnés par 162 bibliothèques publiques de 47 pays. Parmi les précédents lauréats figurent entre autres David Malouf, Javier Marias et Alistair MacLeod.