Grand Palais
Grand Palais

Plus d'espace, plus d'argent, plus d'événements; le Grand Palais doit voir grand à l'horizon 2017. C'est ce que préconise le rapport Cluzel sur le développement du site, rendu public hier en présence du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.

Pour Jean-Paul Cluzel, président de l'Établissement public du Grand Palais et du Conseil d'administration de la Réunion des Musées Nationaux (RMN), chargé par Nicolas Sarkozy de réfléchir à la création d'un "grand opérateur culturel de niveau international", la France a plus que jamais besoin d'un nouveau monument républicain qui donne du lien social via le foisonnement des formes contemporaines d'expression culturelle et artistique. Il préconise donc de donner un nouvel élan à l'Établissement du Grand palais en le fusionnant avec les Galeries nationales, le Palais de la découverte (lui-même déjà fusionné avec la Cité des sciences de la Villette dans l'établissement public Universcience) et la Réunion des Musées Nationaux (une trentaine de musées), le tout dans le somptueux cadre d'un Grand Palais pour l'occasion entièrement rénové.

Afin de doubler la capacité d'accueil (actuellement de 11.000 visiteurs) de ce bâtiment "Belle époque" construit à deux pas des Champs-Elysées pour l'Exposition universelle de 1900, il envisage d'importants travaux de rénovation: aménagement de 6.000 m2 de galeries sous la grande nef, restauration des balcons, ouverture de baies vitrées, installation d'une plate-forme logistique en sous-sol, mise aux normes "muséales", création d'un espace d'activités numériques, d'une librairie et d'une caféteria, etc...

Outre les travaux, le rapport Cluzel préconise aussi de faire émerger une programmation non-stop beaucoup plus dense qu'aujourd'hui — le Grand Palais n'est actuellement ouvert que six mois dans l'année — tout en mêlant manifestations culturelles de prestige et rencontres populaires éclectiques. Ces dernières années, quelques rendez-vous comme le concert de Prince, les défilés de Karl Lagerfeld, les expositions d'art contemporain monumentales et même la fête foraine de Jours de fête, ont en effet remporté un immense succès et pas moins d'1,7 million de visiteurs sont passés l'année dernière sous la grande nef. Pour Jean-Paul Cluzel le Grand Palais a donc vocation à devenir de plus en plus un lieu de brassage des publics: "À côté de rétrospectives Turner ou Monet, il y a place pour l'art numérique, la photo ou le design", affirme-t-il.

Budget global du projet : 236 millions d'euros, auquel se rajoute le rachat du foncier à la Ville de Paris pour 23,5 millions d'euros. Le rapport Cluzel propose un autofinancement à hauteur de 119 millions d'euros via la contraction d'un emprunt sur trente ans, le solde relevant d'une subvention d'équipement de l'Etat et d'un appel au mécénat d'entreprise. À titre indicatif, la RMN (5,2 millions de visiteurs par an), le Grand Palais (3 millions de visiteurs) et le Palais de la découverte (500.000 visiteurs) dégagent à eux trois environ 8 millions de bénéfices.

Côté calendrier, Jean-Paul Cluzel imagine que le nouvel établissement public industriel et commercial du Grand Palais sera pleinement opérationnel à l'horizon 2017. Il prévoit l'adoption des statuts dès septembre prochain, un concours international d'architecture courant 2011 et le début des travaux en 2012.

Un calendrier serré qui pourrait toutefois être retardé par les 1.130 employés de la RMN. Ceux-ci craignent en effet que ce projet de fusion se réalise à leur détriment. Les syndicats dénoncent notamment une partie des orientations, les réductions d'espace imposées au Palais de la découverte et d'une façon générale le manque de concertation.