Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Ségolène Royal

Ségolène Royal

Ségolène Royal souhaitait afficher le meilleur score des listes du Parti Socialiste. C'est fait. Avec sa liste d'ouverture, où figuraient des Verts (exclus du parti écologiste), des radicaux de gauche, des centristes et des syndicalistes CGT, la présidente de Poitou-Charentes est arrivée hier en tête du premier tour des élections régionales, à quelque dix points au-dessus de la moyenne nationale du Parti Socialiste.

Elle remporte 38,98% des voix, un score qui va au-delà des sondages prévisionnels les plus optimistes. Son adversaire UMP, le secrétaire d'Etat aux transports Dominique Bussereau, envoyé au charbon directement par Nicolas Sarkozy, récolte lui un maigre 29,5 % des suffrages, tandis que Françoise Coutant, tête de liste Europe Écologie, plafonne à 11,9% et le Front National à 7,7 %, ceci pour une participation supérieure au niveau national (50,1%).

Ségolène Royal a appelé les électeurs à rester mobilisés au second tour. Selon elle, les résultats du scrutin ont "un double sens": "C'est un vote d'adhésion au bilan du travail mené dans les régions, mais aussi un vote sanction sévère contre la politique de la droite, contre le système Sarkozy qui épuise la France et dont les Français ne veulent plus", a-t-elle commenté.

Quasi assurée de sa réélection, même si elle doit encore négocier avec les écologistes qui brandissent toujours la menace d'une triangulaire, Ségolène Royal a donc déjà gagné son pari du rassemblement de gauche. Sa victoire face au candidat déclaré de Nicolas Sarkozy inflige un revers à son rival à l'élection présidentielle de 2007, et son excellent résultat la place en position de force pour les échéances du jeu politique national à venir: la primaire à gauche en 2011 et, en cas de victoire, l'élection présidentielle de 2012.