Google Livres
Google Livres

Les bibliothèques nationales de Rome et de Florence (Italie) viennent de confier à Google le soin de numériser une partie de leur très riche patrimoine. Un million de livres anciens, libres de droits, seront scannés par Google Livres, dont des ouvrages de Dante, Pétrarque, Galilée, Vico, Kepler, Leopardi ou encore Manzoni.

Pour Sandro Bondi, ministre italien du Patrimoine et des Activités culturelles (MiBAC), cet accord de numérisation entre Google Livres et son ministère "contribue au travail des institutions chargées de la diffusion de la culture italienne dans le monde et permet de rendre plus proches de leurs racines les jeunes générations d'Italiens à l'étranger". [Cet accord] "est le premier à un niveau gouvernemental permettant à un acteur Internet d'accéder au patrimoine d'une bibliothèque nationale". [...] "Il a une signification politique forte et positionne l'Italie à l'avant-garde dans ce secteur", a-t-il ajouté.

La firme de Mountain View installera un centre en Italie afin d'y réaliser sur place les travaux de numérisation. Les ouvrages seront ensuite mis gratuitement à la disposition des lecteurs du monde entier sur internet, et les fichiers numériques, dont une copie sera fournie aux bibliothèques, pourront même être diffusées sur d'autres plateformes que Google Books, comme par exemple la bibliothèque numérique Europeana, précise Google.

Le projet Google Livres, lancé fin 2004, a déjà permis de numériser 12 millions d'ouvrages, l'objectif étant fixé à 15 millions avant fin 2010. Outre la Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne, la Bibliothèque de l'Université Complutense de Madrid, la Bibliothèque Nationale de Catalogne à Barcelone, la Bibliothèque municipale de Lyon, la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, La Bibliothèque Universitaire de Gand et la Bodleian Library d'Oxford pour les européennes, Google Livres a également rallié les grandes bibliothèques universitaires de Californie (plus grande bibliothèque universitaire du monde), du Michigan, du Texas, de Virginie, du Wisconsin, de Harvard, de Stanford, de Princeton ainsi que la Bibliothèque Publique de New York et la Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis. Seule la Bibliothèque Nationale de France (BNF), incapable de numériser son patrimoine faute d'argent mais soumise à l'intense lobbying des anti-Google français — essentiellement les grands groupes d'édition dont les motivations réelles semblent plus d'ordre économique que culturel --, semble pour l'instant résister aux assauts de la firme américaine.