Yasmina Khadra
Yasmina Khadra

Après Ce que le jour doit à la nuit, best-seller de l'année 2007, et sa célèbre trilogie initiée par Les hirondelles de Kaboul, Yasmina Khadra abandonne le récit réaliste pour s'attaquer aujourd'hui à un genre bien différent: la fable humaniste aux allures de conte philosophique.

Dans un terrain vague, Ach le Borgne — moitié musicien, moitié philosophe autodidacte — essaye tant bien que mal d'empêcher Junior, son jeune protégé aussi simplet qu'inoffensif, de retourner vers la ville, territoire de tous les dangers. Alors que sur cette décharge évolue une ribambelle de personnages, bande de démunis attachants et caractériels, un jour, un homme aux allures de prophète vient déranger le petit groupe. Faut-il écouter ses paroles ? Le rejeter ? Entre petits conflits, solitude des uns, blessures d'amour-propre des autres, Yasmina Khadra semble vouloir jeter des ponts entre ces personnages fictifs et la réalité de nos sociétés modernes.

L'écrivain algérien reprend ici ses thèmes fétiches — souffrance de l'humiliation, dangers de l'endoctrinement, culpabilité, obscurantismes — pour mieux les disséquer à la faveur de ce microcosme, image de notre monde. Si Yasmina Khadra fait parfois preuve d'une certaine maladresse ou de naïveté, force est de constater qu'il livre là avant tout un récit profondément humaniste.

-------

Yasmina Khadra, L'Olympe des infortunes (Éditions Julliard).