Sherlock Holmes
Sherlock Holmes

Guy Ritchie s'attaque à un mythe de la littérature mondiale, Sherlock Holmes, qu'il dépouille de ses oripeaux victoriens.

On connaît la touche énergique façon bulldozer du réalisateur britannique pour l'avoir vu se révéler dans des films comme Snatch, RocknRolla ou Arnaques, crimes et botanique. C'est donc tout naturellement que Ritchie, fan depuis toujours des récits d'Arthur Conan Doyle, mène tambour battant son adaptation des aventures du célèbre détective anglais.

Sherlock Holmes, surdoué de l'observation et de la déduction, incarné par Robert Downey Jr, ne rechigne pas devant quelques bagarres musclées — une scène de boxe à mains nues rappelle largement les séquences de bastons spectaculaires de Snatch. Accompagné de son fidèle compagnon Watson, incarné avec panache et élégance par Jude Law, Holmes tente de déjouer les plans d'un sombre ennemi de la nation, lord Blackwood.

Simple divertissement, l'intrigue importe peu, Guy Ritchie mêlant à l'écran plusieurs récits originaux. C'est surtout le duo Holmes-Watson qui illumine le film. Tel un vieux couple, les deux complices se cherchent, s'admirent, se taquinent, chacun laissant entendre à l'autre qu'il peut vivre sans lui.

Autre intérêt du film, les décors, notamment la reconstitution du Londres de la fin du XIXe siècle. Chantiers navals sur la Tamise, appartement du 221b Baker Street dans lequel règne un désordre charmant, abattoirs sur les docks, Tower Bridge en construction et rues boueuses transportent le spectateur dans une capitale populaire que l'on a peu l'habitude de voir à l'écran.

------

Guy Ritchie : Sherlock Holmes avec Robert Downey Jr, Jude Law, Rachel McAdams, Mark Strong et Eddie Marsan.

------

Sherlock Holmes au cinéma

Le légendaire détective fait sa première apparition dans un court métrage d'Arthur Marvin en 1900 intitulé Sherlock Holmes Baffled.

Buster Keaton tourne en 1924 Sherlock Junior, le plus court de ses longs métrages.

De 1939 à 1946, Holmes est interprété par Basil Rathbone dans une série de films réalisés par Roy William Neill.

Billy Wilder offre également sa vision du personnage en 1969 avec Les vies privées de Sherlock Holmes.

Dernière adaptation (1988), celle de Tom Eberhardt dans Elémentaire mon cher... Lock Holmes, avec Michael Caine.