Marilynne Robinson
Marilynne Robinson

Marilynne Robinson a pris son temps. Avec trois romans écrits en un peu plus d'un quart de siècle, la très discrète romancière n'en est pas moins une des plus talentueuses de la littérature américaine contemporaine.

Après un premier roman très remarqué sorti en 1981 (La maison de Noé, devenu La maison dans la dérive), elle obtient le prix Pulitzer en 2005 pour Gilead. L'année dernière, elle s'est vu décerner à l'unanimité du jury le prestigieux "Orange Prize" grâce à l'envoûtant Chez nous. Un roman situé dans l'Amérique des années 1950, au coeur de la petite ville de Gilead, perdue au milieu de l'Iowa.

Sans donner une suite à Gilead, la romancière ranime ici les mêmes personnages. Glory, 38 ans, célibataire et enseignante, retourne habiter chez son père, le révérend Boughton. Leur existence ressemble à celle d'un vieux couple, jusqu'à ce que Jack, le frère aîné, revienne en ces lieux après plus de vingt ans d'absence. Dans cette maison, les explications et les larmes ont peu droit de cité.

Non-dits, périphrases et flash-backs règnent en maîtres dans ce huis clos familial. Et Marilynne Robinson donne aux rares paroles échangées la force d'un aveu. Le retour du fils prodigue est aussi l'occasion pour l'auteur — tant admirée par Barack Obama — de parler habilement des liens familiaux, ou encore d'une Amérique idéalisée, atemporelle, où foi, morale et poids de la communauté sont finement déchiffrés.

-------

Marilynne Robinson, Chez nous (Éditions Actes Sud).