Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Bruno Gollnisch

Bruno Gollnisch

Après ses propos du 11 octobre dernier, la Commission de discipline de l'université Jean-Moulin Lyon III a décidé d'exclure Bruno Gollnisch de son établissement pendant cinq ans.

Bruno Gollnisch, professeur de droit international et civilisation japonaise à Lyon III, avait estimé ce jour-là devant des journalistes que, sans remettre en cause les déportations, il appartenait aux historiens de se déterminer sur le nombre de morts et sur les chambres à gaz. Il avait déclaré: "Je ne nie pas les chambres à gaz homicides. Mais je ne suis pas spécialiste de cette question et je pense qu'il faut laisser les historiens en discuter. Et cette discussion devrait être libre".

A défaut d'enregistrement sonore la section disciplinaire de l'université Lyon-III, composée de six professeurs, a entendu lors de sa réunion du mercredi 2 mars des témoins ainsi que les explications du numéro 2 du Front National qui était assisté par son avocat, Maître Wallerand de Saint-Just. Peu convaincue par les arguments ambigus de Bruno Gollnisch sur ses propos considérés comme négationnistes elle a finalement décidé de l'exclure de l'université lyonnaise, comme le demandaient les organisations juives et les associations de lutte contre l'extrême droite. François Fillon, ministre de l'Education nationale, avait déjà suspendu l'enseignant de ses fonctions universitaires "dans l'intérêt du service" en raison de troubles causés par des manifestants lors de ses cours.

Bruno Gollnisch a qualifié cette exclusion de "véritable chasse aux sorcières" et s'est indigné qu'un parlementaire -- il est député européen et conseiller régional de Rhône-Alpes -- soit persécuté sur le plan professionnel. Il envisage un recours devant le Conseil d'Etat ou devant le Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.