Jane Campion
Jane Campion

Depuis La leçon de piano ou Portrait de femme, Jane Campion semblait avoir perdu l'estime de la critique. Avec la sélection de son nouveau film en compétition officielle au dernier Festival de Cannes, la réalisatrice néo-zélandaise a semblé à nouveau intéresser les meilleurs des cinéphiles. Reparti bredouille, Bright Star, drame historique sur la vie et la liaison amoureuse du jeune poète anglais John Keats (1795-1821), avait pourtant de quoi convaincre.

En premier lieu, il faut rendre hommage à la photographie de ce long métrage, qui donne à voir des images aux couleurs de la nature, théâtre privilégié de l'inspiration de ce poète emblématique du romantisme anglais qu'était John Keats, incarné ici par Ben Whishaw. C'est ensuite au traitement de l'histoire qu'il faut prêter attention. Jane Campion choisit de faire connaître cet auteur et ses poèmes par le regard de la femme qui l'a aimé. Véritable héroïne de l'histoire, Fanny Brawne (interprétée par l'excellente Abbie Cornish) fut sa muse, l'être qui lui inspira ses plus beaux vers.

À noter que le scénario de ce film lumineux de Jane Campion est tiré de la biographie référence d'Andrew Motion, John Keats, publiée chez Faber à Londres en 1997. En français, le spécialiste du romantisme anglais Christian La Cassagnère a de son côté publié en 2008 une autre biographie intitulée John Keats, Les terres perdues (Éditions Aden). Les trente-sept lettres adressées par le poète à Fanny Brawne deux ans avant sa mort dans l'anonymat, à l'âge de 25 ans, ont quant à elles été traduites et publiées dès 1912 par la Nrf. Les éditions Rivages en annoncent une nouvelle traduction par Elise Argaud, à paraître en avril prochain sous le titre Les Lettres à Fanny.

-------

Jane Campion, Bright Star, avec Abbie Cornish.