Isadora Duncan
Isadora Duncan

"Toutes mes muses au théâtre sont des gestes saisis durant l'envol d'Isadora" disait Antoine Bourdelle de sa muse, la danseuse Isadora Duncan dont il s'inspira pour réaliser des centaines de dessins et sculpter entre autres la façade du Théâtre des Champs-Elysées.

Figure pionnière de la danse moderne — elle fût la première à se révolter contre les carcans de la danse classique et à se battre pour un art libre — l'américaine Isadora Duncan (1877-1927) fait aujourd'hui l'objet d'une première grande exposition à Paris. Le musée Bourdelle a rassemblé sculptures, peintures, dessins, photographies et documents divers signés entre autres Henri Matisse, Antoine Bourdelle, Maurice Denis, Paul Poiret, André Dunoyer de Segonzac, Auguste Rodin, Alphonse Osbert, Eugène Carrière, Arnold Genthe ou encore Edward Steichen. Quelque 35 sculptures, 25 peintures, 100 photographies, 150 dessins, 5 costumes de danse, ainsi qu'une cinquantaine de documents divers (ouvrages, programmes, revues de presse, manuscrits, affiches,...), et un extrait inédit de l'unique film jamais tourné sur Isadora Duncan sont ainsi présentés au public, célébrant la danseuse et illustrant sa vie tout en restituant le contexte intellectuel et artistique de son époque, notamment pendant les années qu'elle passa en France.

Le parcours de l'exposition retrace en cinq étapes sa vie et sa carrière, de ses mécènes à son art de la danse, révolutionnaire pour l'époque — elle dansait pieds nus, parfois en plein air, dévoilant sa nudité — en passant par ses tournées internationales, sa fascination pour la Grèce antique, son école de danse, ses amours et sa relation artistique fusionnelle avec Bourdelle. De nombreux clichés photographiques évoquent également les danseurs contemporains d'Isadora Duncan: Ida Rubinstein, Ruth Saint-Denis, Cléo de Mérode, Anna Pavlova, Vaslav Nijinski et les Ballets russes. Un film inédit de treize minutes, Carnet d'un rêveur, a en outre été réalisé spécialement pour l'exposition par le danseur et chorégraphe Jean-Claude Gallotta.

Le catalogue (Éditions Paris Musées), abondamment illustré, comporte des textes d'Anne Martin-Fugier, Myriam Chimènes, Stéphanie Cantarutti, Sophie Grossiord, Colin Lemoine, Elisabeth Schwartz, Hélène Pinet, Jean-Michel Nectoux, Genie Guerard, ainsi qu'un avant-propos de Juliette Laffon.

--------

Exposition Isadora Duncan, 1877-1927, une sculpture vivante, jusqu'au 14 mars 2010, Musée Bourdelle, 18 rue Antoine Bourdelle 75015 Paris, Tél: 0149547373.