Google Nexus One
Google Nexus One

C'est sous le slogan "Where web meets phone" (Où le web rencontre le téléphone) que Google a présenté mardi 5 janvier son premier téléphone portable multifonctions, baptisé Nexus One.

Commercialisé sous la marque Google, le Nexus One est fabriqué par le groupe taiwanais High Tech Computer Corporation (HTC). L'appareil n'a rien de révolutionnaire, notamment par rapport à l'iPhone d'Apple qui bat actuellement des records de vente, mais il intègre toutes les fonctions multimédia de dernière génération et n'a donc rien à envier à ses concurrents. Il fonctionne avec le système d'exploitation open source Androïd, version 2.1, conçu par Google dans le cadre de l'Open Handset Alliance et déjà installé sur une vingtaine de smartphones de diverses marques.

D'un poids de 130 g pour une taille de 119 x 59,8 x 11,5 mm, Il est équipé d'un écran tactile de 9,4 cm, d'un processeur cadencé à 1Ghz, de 512 Mo de mémoire vive, d'un slot MicroSD dans lequel peut être inséré une carte mémoire de 4 à 32 Go, de divers capteurs (lumière, proximité,...), d'une boussole électronique, d'un lanceur d'applications 3D, d'un appareil photo / vidéo 5 mégapixels avec Flash, de la connectivité Bluetooth et du WiFi. L'utilisateur a donc accès à internet (la version US n'inclut pas la 3G mais les versions commercialisées en Europe devraient en être dotées), au courrier électronique, au guidage par GPS et à la reconnaissance vocale entre autres fonctions de base. Il enregistre, stocke et lit musique, photos ou vidéos et tous les services populaires proposés par Google, de Gmail à Google Maps en passant par Google Earth et YouTube, sont bien entendu immédiatement accessibles. À cela, viennent en outre s'ajouter quelque 20.000 applications spécialisées disponibles sur la plate-forme de téléchargement de Google, Android Market. Son autonomie annoncée est de 10 heures en communication GSM, 5 heures en 3G, 6h30 en WiFi et jusqu'à 290 heures en mode veille. On peut y écouter de la musique pendant 20 heures d'affilée, assure-t-on du côté de HTC.

Lancé dans un premier temps aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, à Singapour et à Hong Kong, le Nexus One est vendu 530 dollars (370 euros environ) sans forfait ou 180 dollars (125 euros) avec forfait chez l'opérateur américain T-Mobile. Il devrait débarquer en Europe d'ici la fin du premier trimestre 2010 et pourra être acheté soit directement en ligne sur le portail internet de Google soit chez divers opérateurs, dont notamment le britannique Vodafone, actionnaire à 44% de SFR.

Annoncé comme un "iPhone killer" par certains commentateurs, le Nexus One devrait en réalité faire de l'ombre à tous les géants du secteur. Certes il attaque de front le marché des smartphones dominé par l'iPhone d'Apple et le Blackberry de Research In Motion (RIM), mais il a sans doute beaucoup plus Microsoft en ligne de mire. L'enjeu est en effet d'étendre les services de Google depuis l'internet, où la firme de Mountain View a déjà pris une très confortable longueur d'avance sur celle de Redmond en matière de recherche et de publicité, à l'ensemble des terminaux mobiles. Preuve s'il en faut une, Google vient par exemple de débourser 750 millions de dollars pour racheter AdMob, une entreprise spécialisée dans la diffusion d'annonces publicitaires sur les téléphones cellulaires. Par ailleurs, l'Open Handset Alliance consortium, qui participe au développement du système d'exploitation Google Androïd, compte désormais plus de cinquante grands groupes industriels parmi ses membres. Le logiciel open-source concurrent des Windows Mobile, Symbian, Mac OS X mobile et autres Blackberry OS est maintenant exploité sur une vingtaine de terminaux différents distribués par 60 opérateurs dans une cinquantaine de pays.