Norman Manea
Norman Manea

L'attribution récente du prix Nobel de littérature à la romancière allemande d'origine roumaine Herta Müller va peut-être susciter un regain de curiosité pour l'histoire récente des Carpates.

Parmi les romanciers qui ne cessent de témoigner sur le régime de Ceausescu, Norman Manea est peut-être le plus singulier. L'écrivain roumain vient de publier deux livres aussi dérangeants que brillants. L'un est un recueil de huit articles écrits à partir de 1989 et parus juste après la chute du communisme, entre 1990 et 1992. Son titre ? Les clowns, allusion au "cirque" infernal de Ceausescu, décrit ici sous les traits d'un "Grand Clown" aux exactions tragiques.

C'est aussi sous la forme d'une farce que Norman Manea a écrit son roman intitulé L'Enveloppe noire. L'auteur du Retour du hooligan (Prix Médicis étranger 2006) y décrit les méfaits du totalitarisme dans cette Roumanie sous dictature à travers l'histoire kafkaïenne d'un enseignant qui, dans les années 1980, part à la recherche des causes réelles de la mort de son père. Entre rire grinçant, descriptions paranoïaques et hallucinatoires, Norman Manea prend ici sa plume la plus fiévreuse, profondément écorchée par l'Histoire récente. Mais plus qu'une parabole politique, ce roman est aussi l'occasion pour le romancier de méditer sur la vie, la mort, la folie et le pouvoir.

-----

Norman Manea, Les Clowns et L'Enveloppe noire (Éditions du Seuil).