Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Dominique Strauss-Kahn

Les sondages d'opinion se suivent et ne se ressemblent pas. La semaine dernière, un sondage réalisé par l'institut CSA pour La Chaîne Parlementaire (LCP) / Politique Matin propulsait Dominique Strauss-Kahn à l'Elysée, avec 51% des suffrages, s'il devait être candidat contre Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles de 2012. Cette semaine, un autre sondage CSA sur le même sujet pour Le Parisien / Aujourd'hui en France indique que seulement un tiers des Français le jugent apte à devenir un bon président pour la France.

À la question "Diriez-vous que DSK ferait un bon président de la République ?", seules 34% des 950 personnes interrogées répondent en effet "Oui", contre 49% "Non". En outre 33% (contre 47%) pensent que le Directeur du Fonds Monétaire International (FMI) -- au modeste salaire mensuel de 182.000 euros -- est "capable de réformer le pays" et 27% (contre 48%) qu'il a "un vrai projet pour la France". Précision utile, il plaît davantage aux sympathisants de droite qu'à ceux de gauche et on le juge plus proche d'un Tony Blair que d'une Martine Aubry.

Bref, malgré son intense désir d'y aller, sa posture d'homme au dessus des luttes intestines du Parti Socialiste -- et, selon certains analystes, les manipulations médiatiques de certains milieux politico-financiers proches de l'Elysée -- Dominique Strauss-Kahn est donc encore loin d'être le bon candidat de la Gauche aux prochaines présidentielles. Le mois dernier, lors d'une conférence à Istanbul (Turquie) il a été, à l'instar de George W. Bush en Irak, la cible d'un lancer de chaussure ponctué d'un "Dehors, voleur du FMI !". Une mésaventure qui risque bien de se reproduire en France s'il officialise sa candidature aux primaires de la Gauche.