Laurent Mauvignier
Laurent Mauvignier

La guerre d'Algérie, ils l'ont faite, en sont revenus et l'ont mise dans un recoin de leur tête. Mais un jour, dans un village français, quarante ans plus tard, une querelle survenue lors d'une fête d'anniversaire fait renaître dans l'esprit de Rabut et Bernard, dit Feu-de-bois, "les événements". Violence, sang, peur et silence, voilà la trame de fond du nouveau roman de Laurent Mauvignier. Et si la guerre d'Algérie constitue le coeur du récit du septième ouvrage de l'auteur d'Apprendre à finir, Des hommes observe davantage ceux qui, les derniers, ont été "confrontés à une violence militaire, et en plus, avec la conscience d'être du mauvais côté". C'est à travers la voix de Rabut, qui raconte l'histoire de son cousin Bernard, que le lecteur se retrouve tour à tour plongé dans les rues d'Oran, les petits villages français, ou les casernes dans lesquelles règnent l'attente, l'incompréhension et la colère rentrée. L'Algérie avait déjà été esquissée par l'auteur dans son premier livre, Loin d'eux. Mais avec Des hommes, Laurent Mauvignier, qui signe ici l'un des livres les plus attendus de cette rentrée littéraire — et sans doute l'un des meilleurs --, "boucle une boucle", explique-t-il. Toujours animé par le thème de l'incommunicabilité et des drames qui lient les hommes entre eux, l'écrivain fait devoir de mémoire avec cet éblouissant roman coup de poing.

-------

Laurent Mauvignier, Des hommes (Éditions de Minuit)