.Paris
.Paris

Vous connaissez déjà les extensions génériques ou géographiques comme ".com", ".net" et autres ".fr" des noms de domaine sur internet. Vous aurez bientôt un ".paris". La capitale se dote en effet de sa propre extension, ".paris", qu'elle entend bien déployer dès la fin de l'année prochaine sur le réseau des réseaux. Après avoir fait baissé les prix de l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Name and Number, l'organisme international à but non lucratif qui gère la racine du Net) — celui-ci exigeait au départ un chèque de 135.000 euros pour examiner le dossier ainsi qu'une redevance annuelle de 55.000 euros — et s'être attaché les services techniques du CORE (Council Of REgistrars) et de l'AFNIC (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération, le registre qui gère pour sa part les quelque 1.5 million d'adresses en ".fr"), la ville a décidé de soumettre son dossier de candidature. Un vote doit intervenir aujourd'hui au Conseil de Paris pour confirmer cette décision.

La réponse de l'Icann devrait quant à elle intervenir au printemps 2010 s'il n'y a aucun retard du dossier et, si l'autorisation est accordée, la ville de Paris pourra alors créer des adresses internet se terminant par ".paris". La mairie utilisera cette extension pour ses propres services, par exemple pour créer "www.logement.paris" ou "www.tourisme.paris", mais elle la louera également à tous ceux souhaitant ajouter le label ".paris" à leur nom de site web. Selon Jean-Louis Missika, chargé de l'innovation auprès du maire Bertrand Delanoë, la future extension a en effet pour but de valoriser l'action économique et sociale de tous les partenaires de la ville. Sa vocation est de fédérer aussi bien les grandes entreprises et les commerces que les associations, les musées, les groupements professionnels, les institutions universitaires et même les particuliers, simples parisiens désirant participer au rayonnement de la capitale française dans le cyberespace.

D'autres métropoles comme entre autres Berlin, Hambourg, Barcelone, Londres ou encore New york (".nyc") déposent également un dossier à l'Icann en vue d'obtenir leur propre extension. À compter de décembre 2009, moyennant finances et un dossier technique cohérent, il est en effet possible à toute personne morale — organismes publics, entreprises, marques déposées, collectivités locales, associations humanitaires, musées, appellations d'origine contrôlée, groupements professionnels, organisations et communautés diverses, — de créer sa propre extension personnalisée et d'ajouter ainsi son suffixe aux quelque 270 extensions et 186 millions de noms de domaine déjà présents sur l'internet. Il sera même possible de créer ce suffixe en une quinzaine de langues non latines, avec par exemple des caractères arabes, chinois ou cyrilliques.