François-Marie Banier
François-Marie Banier

Romancier, dramaturge, photographe et familier de la jet-set mondiale, François-Marie Banier est né à Paris le 27 juin 1947. Il se fait connaître très jeune des milieux littéraires avec trois romans publiés coup sur coup chez Grasset au début des années '70: Les Résidences secondaires (1969), Le Passé composé (1971) et La Tête la première (1972), tous les trois à forte teneur autobiographique. Jeune écrivain proustien, dandy, éphèbe homoxexuel à la longue chevelure blonde, protégé de quelques personnalités de l'époque comme François Mauriac, Salvador Dali, Louis Aragon ou encore le couturier Pierre Cardin dont il est l'attaché de presse personnel, il devient à moins de 25 ans une figure du Tout-Paris mondain. Après deux pièces de théâtre (Hôtel du Lac en 1975 et Nous ne connaissons pas la même personne en 1978), il décide de se consacrer presque exclusivement à la photographie tout en continuant à s'exprimer à travers diverses autres disciplines artistiques: l'écriture toujours, mais aussi le dessin, la peinture et même le cinéma à titre d'acteur de second rôle dans quelques films.

François-Marie Banier ne publie aucun roman pendant dix ans mais revient en 1985 avec le très remarqué Balthazar, fils de famille (Gallimard), où il relate les souffrances psychologiques vécues pendant son enfance, suivi en 1990 de Sur un air de fête (Gallimard). Entre-temps, il a réalisé dans l'ombre une importante série de photographies qui sont exposées pour la première fois en 1991 au Musée du Centre Pompidou. Son oeuvre photographique est en grande partie composée de portraits en noir et blanc tentant de montrer en même temps la beauté et la laideur: portraits d'anonymes miséreux (clochards, éboueurs,...) saisis au cours de ses périples solitaires dans les rues de Paris et portraits de ses ami(e)s artistes, stars ou mondains dont il photographie les corps viellissants: Arielle Dombasle, Vladimir Horowitz, Silvana Mangano, Joyce Carol Oates, Madeleine Castaing, Nathalie Sarraute, Aragon, Sophie Marceau, Claude Lévi-Strauss, Pascal Greggory, Inès de la Fressange, Kate Moss, Mick Jagger, Vanessa Paradis, Johnny Depp, Yves Saint Laurent, Samuel Beckett, Caroline de Monaco, François Mitterrand, Isabelle Adjani, Françoise Sagan, Edmonde Charles-Roux, François Nourissier, etc, sans oublier les femmes fortunées qu'il séduit: Marie-Laure de Noailles (sa première protectrice et mécène), Paule de Beaumont, Sao Schlumberger, Liliane Bettencourt,... "Je me sers de la lumière intérieure de l'autre pour éclairer ma photo", dit-il à propos de ses portraits. Au fil des ans, il expérimente et métisse diverses techniques, superposant de plus en plus peinture et écriture sur ses photos. Au cours des années '90 et 2000, l'oeuvre photographique de François-Marie Banier est exposée dans une trentaine de musées et grandes galeries du monde entier (Museu de Arte Moderna de Rio de Janeiro en 1999, Tokyo Metropolitan Museum of Photography en 2000, Villa Médicis à Rome en 2005, Villa Oppenheim de Berlin en 2007), donnant lieu à de riches catalogues et suscitant de nombreuses critiques louangeuses d'artistes et écrivains comme entre autres Martin d'Orgeval, Patrice Chéreau ou encore Michel Tournier. Deux romans, Les femmes du métro Pompe et Johnny Dasolo, sortent respectivement en 2006 et 2008 chez Gallimard.

L'Affaire Bettencourt

François-Marie Banier, représenté par son avocat, maître Hervé Temime, a été appelé à comparaître jeudi 3 septembre 2009 devant la 15e chambre correctionnelle du tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) à la suite d'une plainte pour "abus de faiblesse" déposée par Françoise Bettencourt Meyers, fille de la milliardaire Liliane Bettencourt. Cette dernière, 86 ans, deuxième fortune de France et 21e mondiale (montant estimé à 23 milliards d'euros par le magazine américain Forbes), principale actionnaire du groupe L'Oréal dont elle possède 27,5% des parts, aurait dilapidé une partie du patrimoine familial en effectuant entre 2001 et 2007 plusieurs donations à François-Marie Banier (versements d'argent, actions boursières, contrats d'assurance-vie et toiles de maître signées notamment Picasso, Matisse, Mondrian, Léger ou Man Ray). Le montant des largesses octroyées à son ami rencontré en 1987 s'éleverait à quelque 993 millions d'euros selon la brigade financière. La fille de Liliane Bettencourt accuse l'artiste, aujourd'hui propriétaire de plusieurs immeubles parisiens, d'avoir exercé une emprise psychologique sur la vieille dame afin de bénéficier de ce mécénat privé. Le parquet, s'appuyant sur le fait que l'héritière de L'Oréal ne faisait l'objet d'aucune mesure de protection légale de type curatelle ou tutelle, a estimé que la fille de Liliane Bettencourt n'était "pas légitime à agir" pour le compte de sa mère et a demandé aux magistrats de statuer en ce sens. Le Tribunal de Nanterre n'a pas tranché et a fixé une prochaine audience au 11 décembre 2009. S'il décide de suivre l'avis du Parquet, aucun procès n'aura lieu à l'encontre de François-Marie Banier.