Arthur Miller
Arthur Miller

Arthur Miller est né le 17 octobre 1915 à New York (Etats-Unis) dans une famille d'immigrants juifs polonais. Son père connaît un certain succès comme tailleur pour femmes, mais la grande dépression économique de 1929 ruine l'entreprise, obligeant la famille à changer de train de vie. Après ses études secondaires, il travaille quelque temps dans une usine avant d'intégrer en 1934 l'Université du Michigan, où il étudie le journalisme et le théâtre.

Passionné par les oeuvres d'Henrik Ibsen et des tragiques grecs, Arthur Miller commence à écrire pendant ses études universitaires. En 1936, il crée pour un concours une première pièce de théâtre intitulée Honors at Dawn. Il quitte l'université en 1938, doté d'un diplôme d'anglais, de solides bases en scènographie et en écriture dramarturgique, et d'une blessure récoltée lors d'un match de football américain qui lui vaudra une exemption de service pendant la Seconde Guerre mondiale. Il décide de vivre de sa plume, épouse Mary Slattery (dont il en divorcera en 1956), rédige quelques pièces radiophoniques, travaille à un film (The Story of G. I. Joe), et écrit deux pièces de théâtre jouées à Broadway: L'Âge d'or (1940) et L'Homme qui avait toutes les chances (1944). Il publie également son seul et unique roman, Focus (1945), sur le thème de l'antisémitisme. En 1947, paraît une pièce de théâtre remarquée, Ils étaient tous mes fils, qui se veut une sorte de procès contre un père profiteur de guerre. Mais c'est surtout avec une pièce démythifiant le rêve américain et devenue depuis un classique du théâtre, Mort d'un commis voyageur (Prix Pulitzer 1949), qu'Arthur Miller rencontre le succès. L'année suivante, il adapte Un ennemi du peuple d'Henrik Ibsen. Influencé par les idées socialistes et engagé politiquement à gauche, il est inquiété pendant le maccarthysme mais n'hésite pas à créer en 1953 une autre pièce qui connaît elle aussi un grand succès, Les sorcières de Salem (plus tard adaptée en France par Jean-Paul Sartre), où il dénonce le lourd climat anticommuniste de l'époque en évoquant les persécutions de l'Amérique puritaine du XVIIIe siècle. En 1957, il est condamné pour Outrage au Congrès américain après avoir refusé de dénoncer les membres d'un cercle d'intellectuels communistes (cette condamnation sera annulée l'année suivante par la Cour d'appel).

De 1956 à 1964, Arthur Miller traverse une période douloureuse dans sa vie privée. Il ne publie pas, hormis un recueil de ses pièces de théâtre et le scénario du film The Misfits (Les Désaxés, 1961), écrit pour Marilyn Monroe qu'il a épousé en 1956. Il divorce en 1961 pour épouser sa troisième femme, Inge Morath, photographe à l'agence Magnum, avec qui il aura deux enfants: Rebecca et Daniel. Sa pièce Après la chute, publiée en 1964, deux ans après la mort de Marylin, revient sur ces années tourmentées où se mêlent histoire politique et vie privée. Il écrit ensuite plusieurs autres pièces, sans doute moins inspirées que ses premières oeuvres. Parmi elles, citons notamment Accident à Vichy (1964), Le Prix (1968), La Création du monde (1972), L'Horloge américaine (1980) et Danger: Mémoire (1987), toutes continuant cependant à explorer les racines psychologiques de la violence humaine et l'écartèlement de l'homme contemporain entre l'innocence d'un monde intime privé et la brutalité du monde social. Comme pour beaucoup d'intellectuels de sa génération, l'oeuvre d'Arthur Miller est fortement marqué par la grande crise américaine de 1929. La conscience de la pression du monde économique sur les relations humaines, la question de la responsabilité individuelle et de la loi, les conflits sociaux vues comme des tragédies grecques, imprègnent toute son oeuvre.

Arthur Miller, qui souffrait d'un cancer et de problèmes cardiaques, décède le 10 février 2005 à l'âge de 89 ans. Son autobiographie intitulée Timebands (Au fil du temps, 1987) est une somme de sa réflexion sur le théâtre et l'histoire des Etats-Unis au XXe siècle.