Google WiFi
Google WiFi

La ville de San Francisco (Etats-Unis) s'est vue proposée par Google un accès internet haut débit sans fil gratuit. La firme — dont le siège est situé à Montain View, à une soixantaine de km de San Francisco — s'est inscrite parmi une douzaine de candidats lors d'un appel d'offres de la mairie pour installer un réseau de hotspots Wifi sur l'ensemble de l'agglomération. Originalité, le réseau Internet sans fil à haut débit version Google permettrait aux quelques 700.000 habitants de la ville de se connecter gratuitement car Google se financerait, comme pour son moteur de recherche et la plupart de ses produits, par la publicité. Les internauttes pourraient donc se connecter à l'internet gratuitement et partout, chez eux ou dans la rue avec un ordinateur ou un téléphone portable. En contrepartie s'afficheraient sur leur écran des publicités ciblées pour les boutiques locales. Deux hotspots de proximité de ce genre, mis en place par la start-up Feeva, partenaire de Google, sont déjà en test depuis quelques mois dans la Silicon Valley. Un communiqué de Google indique que ce projet est pour Google l'occasion de faire de la ville "un terrain d'expérimentation pour de nouvelles applications et services géolocalisés", précisant que la proposition se limite pour l'instant à San Francisco et qu'il n'y a pas d'extension prévue hors de la baie, même si Chicago et New-York s'y intéressent également de près.

Ce nouveau service, qui intervient après le développement de son VPN (Virtual Private Network) sécurisé par cryptage pour l'internet sans fil, met Google en concurrence directe avec les fournisseurs d'accès internet et opérateurs télécoms traditionnels qui eux sont payants.

En France et en Europe, des projets similaires de réseau Wifi essaient tant bien que mal de se développer, notamment à Londres et à Paris qui est équipé de quelques dizaines de hotspots via entre autres l'entreprise irlandaise Free-Hotspot, mais ils restent payants. En outre ces réseaux n'offrent pas encore toutes les garanties de sécurité pour la transmission de données confidentielles et il n'est pas recommandé par exemple de communiquer un numéro de carte bancaire.