Élections Européennes 2009
Élections Européennes 2009

La campagne pour les élections européennes du 7 juin 2009 sera lancée officiellement le 25 mai mais les partis politiques représentés en Île-de-France fourbissent déjà leurs armes et commencent à déposer leurs listes. L'Union pour un Mouvement Populaire (UMP, ex mais toujours Union pour la Majorité Présidentielle de Nicolas Sarkozy) dirigée par Xavier Bertrand et le Parti Socialiste (PS) de Martine Aubry comptent bien rafler la majorité des treize sièges d'eurodéputé mis en jeu dans la circonscription francilienne.

L'UMP avance deux membres du gouvernement dans la campagne. L'un, Michel Barnier, ministre de l'Agriculture, prépare son retour aux affaires européennes puisqu'il fût déjà ex-commissaire européen de 1999 à 2004. L'autre, Rachida Dati, actuelle garde des Sceaux et maire du 7e arrondissement de Paris, est deuxième sur la liste. En 2004, l'UMP avait atteint 17,8 % des suffrages en Île-de-France. Du côté socialiste, Harlem Désir, déjà leader de la liste PS d'Île-de-France aux dernières européennes, entend bien poursuivre son mandat d'eurodéputé. Sa liste comprend à la 3e place un autre poids lourd, Benoît Hamon, porte-parole du PS et également eurodéputé. Le PS était arrivé en tête dans la région en 2004 avec 25% des suffrages. Marielle de Sarnez reprend elle du service pour le Modem de François Bayrou. L'ex-candidate aux municipales parisiennes de 2008 avait déjà conduit la liste UDF d'Île-de-France aux dernières élections européennes, où elle avait obtenu son siège d'eurodéputée avec 12,6% des voix.

Les petits partis, surfant sur la vague de rejet des grandes formations politiques discréditées, comptent bien tirer eux aussi tirer leur épingle du jeu en raflant le vote protestataire. Le Front National (FN) de Jean-Marie Le Pen mise sur son vice-trésorier, Jean-Michel Dubois, tandis que l'un de ses anciens membres, Carl Lang, fait sécession avec son Parti de la France (PDF). Après un mandat européen obtenu en Allemagne en 2004, Daniel Cohn-Bendit fait son retour en France. Ralliant à sa cause des personnalités comme José Bové, l'ancien libertaire devenu néolibéral présente une liste d'union avec Europe Écologie. En 2004, les Verts avaient obtenu 7,5 % des votes dans la région. Le Front de Gauche (FDG) qui rassemble le Parti Communiste (PCF) de Marie-George Buffet et le Parti de Gauche (PG) de Jean-Luc Mélenchon, verra pour sa part sa liste menée par Patrick Le Hyaric, directeur du journal L'Humanité. Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot, qui pourrait bien créer la surprise de ces élections européennes 2009 au niveau national, mettra pour sa part en avant un simple enseignant en lycée professionnel, Omar Slaouti. De même pour Lutte Ouvrière (LO), qui compte sur Jean-Pierre Mercier, ouvrier dans l'automobile. Enfin, pour Debout la République (DLR), Nicolas Dupont-Aignan (président du parti et député-maire de Yerres) sera 3e sur la liste de Jean-Pierre Enjalbert, maire de Saint-Prix (95).