Gustave Eiffel
Gustave Eiffel

A l'occasion des 120 ans de la Tour Eiffel, la Mairie de Paris et France 5 rendent hommage à Gustave Eiffel, l'une avec l'exposition Gustave Eiffel, le magicien du fer, l'autre avec un documentaire de Charles Berling intitulé Sur les traces de Gustave Eiffel.

Sa tour est aujourd'hui le symbole de Paris. Illustre ingénieur, Gustave Eiffel (1832-1923) compte à son actif plus de 300 oeuvres. D'innombrables constructions pour un homme qui fut également à l'origine d'une innombrable descendance. S'appuyant sur la "mémoire familiale", avec le concours de sa compagne Virginie Couperie-Eiffel, arrière-arrière petite-fille de Gustave Eiffel, le comédien et réalisateur Charles Berling retrace la vie de cette étonnante personnalité de l'ingénierie française. Extraits de lettres, archives, entretiens et souvenirs familiaux décrivent un homme énergique qui hérita de sa mère, femme d'affaires autoritaire, une impressionnante force de caractère. Né en 1832 à Dijon, confié de 4 à 9 ans à une grand-mère aveugle, il a beaucoup souffert de la solitude et du manque d'affection. Une situation qui a aiguisé sa curiosité pour le monde extérieur, explique Amélie Granet, l'une de ses descendantes. Il s'amusait à calculer le temps que l'eau mettait à s'écouler dans une gouttière, alors que "bizarrement il était très mauvais à l'école". Il sort de l'École Centrale des Arts et Manufactures en 1855 et travaille quelques années dans le Sud-Ouest de la France où il participe à la construction du pont du chemin de fer de Bordeaux, avant de s'installer en 1864 comme "entrepreneur" spécialisé dans les charpentes métalliques. Il devient dès lors un bon bourgeois, père de cinq enfants, mais aussi l'infatigable constructeur de la coupole de l'observatoire de Nice, du viaduc de Porto au Portugal, de la gare de Pest en Hongrie, du viaduc du Garabit, de la Tour Eiffel, et même de l'armature de la statue de la Liberté installée à l'entrée de la rade de New York. À la fin de sa vie, éclaboussé par le scandale du Canal de Panama, Gustave Eiffel renonce aux ouvrages d'art pour se lancer dans des recherches en aérodynamique. Il meurt en 1923, à l'âge de 91 ans. D'anecdote en anecdote, le documentaire soigné de Charles Berling décrypte la personnalité du maître en prenant soin de ne pas s'engluer dans des descriptions trop techniques de ses oeuvres. La narration, limpide et rythmée, décrit un homme marqué par les épreuves malgré sa gloire universelle.

L'Hôtel de Ville de Paris consacre lui une exposition au célèbre ingénieur-architecte, avec au menu des oeuvres entre autres de Robert Delaunay, Raoul Duffy ou encore Henri Rivière, des photos, des dessins, des maquettes, etc.. Organisée par Caroline Mathieu, conservateur en chef du Musée d'Orsay, l'exposition retrace la vie et la carrière de Gustave Eiffel, de ses premières constructions comme le pont de Bordeaux, alors qu'il n'a que 26 ans, à l'aventure de son emblématique tour parisienne. Achevée pour l'Exposition universelle de 1889 après trois années d'études et deux pour son érection, celle-ci est longtemps restée le monument le plus élevé du monde mais ce fut aussi l'un des plus controversés à ses débuts. À l'origine, c'est d'abord un simple pylône métallique proposé par les ingénieurs Maurice Koechlin et Émile Nouguier, avant de devenir grâce à Gustave Eiffel et Stephen Sauvestre la tour pyramidale que l'on connaît, d'une hauteur de 300 mètres (elle a été ensuite prolongée par diverses antennes culminant aujourd'hui à 324 mètres). Soutenus par un public déchaîné, de nombreux intellectuels, artistes et écrivains de l'époque — entre autres Guy de Maupassant, Charles Garnier, Charles Gounod ou encore Sully Prudhomme — n'hésitèrent pas à protester "au nom du goût français méconnu, de l'art et de l'histoire français menacés, contre l'érection, en plein coeur de notre capitale, de l'inutile et monstrueuse tour Eiffel". Elle faillit aussi être totalement transformée (en palais, en cascade, etc) voire même purement et simplement démontée une fois l'exposition universelle terminée. Elle fut finalement conservée dans son architecture d'origine pour servir de support à l'émetteur de la TSF et être utilisée à des fins de recherche scientifique, notamment en astronomie. Aujourd'hui, 120 ans après sa naissance, repeinte à neuf et illuminant la nuit parisienne, la Tour Eiffel, neuvième site touristique de France, accueille encore chaque année près de 7 millions de visiteurs du monde entier.

------

• Charles Berling, Sur les traces de Gustave Eiffel, film documentaire (Diffusion sur France 5 le 07 mai à 21H35). • Exposition Gustave Eiffel, le magicien du fer à l'Hôtel de Ville de Paris du 07 mai au 29 août 2009 (Hôtel de Ville, 5 rue Lobau 75004 Paris, Tél: 08.20.00.75.75. Ouvert tous les jours sauf le dimanche, entrée libre). Une autre exposition-parcours, L'Epopée de la tour Eiffel, sera elle installée au 1er étage de la tour du 15 mai au 31 décembre 2009. À noter enfin que le traditionnel Feu d'artifice du 14 juillet, sur le Champ de Mars à Paris, rendra lui aussi hommage à Gustave Eiffel.