Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Martine Aubry

Martine Aubry

Opération réconciliation et unité à tout prix. Martine Aubry lance ce soir la campagne européenne du Parti Socialiste et veut tourner la page des divisions. Un impératif pour espérer l'emporter en juin. Si les petites phrases assassines ne se sont pas complètement tues au sein du PS, la première secrétaire veut cependant croire que le jeu de massacre du congrès de Reims appartient au passé. Elle réunit les socialistes européens ce soir à Toulouse (1) et multiplie les gestes d'apaisement à l'égard de sa rivale, Ségolène Royal. Preuve s'il en faut que Martine Aubry entend préserver, coûte que coûte, la fragile unité du parti, et ce au moins jusqu'au scrutin européen du 7 juin. A moins de deux mois du vote, rassembler n'est plus une option pour la maire de Lille, qui présidera tous les meetings de la campagne. Réclamée par les militants, la réconciliation de ce qui reste de forces vives du Parti Socialiste demeure la condition sine qua non d'un succès électoral loin d'être acquis. Martine Aubry s'est donc fait une raison. En février, la direction a fait une place aux partisans de Ségolène Royal. Si le parti a relativement soutenue cette dernière lors de ses "excuses" pour le discours raciste de Nicolas Sarkozy à Dakar, il l'a aussi "flingué" lors du bis repitita au chef du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero. Néanmoins, confirmant le réchauffement de leurs relations, Martine Aubry a invité l'ex-candidate à la présidentielle, tout comme Bertrand Delanoë, à défiler à ses côtés le 1er mai prochain. Tout un symbole pour le Parti socialiste, qui n'a pas célébré la fête du Travail dans la rue depuis 2002. Les deux femmes fortes du parti pourraient même tenir un meeting commun dans le cadre de la campagne européenne. Pour autant, la lune de miel doit beaucoup aux circonstances. Ségolène Royal en convenait hier sur RTL: "Compte tenu de la gravité de la crise, je crois que les socialistes doivent être rassemblés". Une manière de reporter à plus tard les questions qui fâchent. François Hollande a récemment mis les pieds dans le plat en appelant lui au dialogue avec le Modem, et la question des primaires ouvertes pour l'investiture présidentielle annonce des débats enflammés. Autant de sujets de division que Martine Aubry voudrait elle aussi éviter d'aborder avant le scrutin du 7 juin. D'autant que le PS se débat avec des sondages peu flatteurs (2). Selon la dernière étude CSA, les socialistes arriveraient derrière l'UMP (25% contre 27% -- 12% pour le Modem de François Bayrou), en dépit de leurs appels à sanctionner la politique du gouvernement. S'il se confirmait, un tel score placerait Martine Aubry dans une position délicate. Mal élue il y a quatre mois à la tête du parti, la première secrétaire doit absolument accrocher une victoire à son palmarès pour ne pas perdre pied face à Ségolène Royal. "Si elle passe, elle consolide son pouvoir, sinon le PS va trembler dans ses fondements", résume-t-on rue de Solferino.

------------

Notes

1) 27 partis socialistes ou sociaux-démocrates européens se retrouvent ce soir pour un grand meeting de campagne à Toulouse (Haute-Garonne). Un programme commun -- le manifesto -- a été élaboré. Il "vise à réorienter à gauche la construction européenne" et à envoyer au Parlement Européen une majorité PSE (Parti des Socialistes Européens, aujourd'hui plus proche de la droite libérale que de la gauche sociale).

2) 49% d'abstention. C'est ce que prévoient les derniers sondages en France. Des chiffres qui ne rassurent pas au PS, d'autant qu'ils favorisent les partis de la Gauche de la Gauche comme le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot, crédité de 7% d'intentions de vote, et le Front de Gauche (qui réunit le Parti Communiste de Marie-George Buffet et le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon), crédité lui de 5% d'intentions de vote.