Buddha Bar
Buddha Bar

Les bouddhistes indonésiens vont pouvoir retrouver leur sérénité. Après plusieurs mois de manifestations, ils ont obtenu hier de la direction du Buddha Bar — chaîne de restaurants lancée dans les années '90 par la société "George V Eatertainment" de Raymond Visan, doublée d'une collection de musique lounge de Claude Challe — qu'elle retire le nom de la façade de son enseigne à Jakarta. Certains mouvements bouddhistes locaux estimaient que l'utilisation de l'image de Bouddha à des fins commerciales constituait un blasphème. La façade du restaurant, ouvert en novembre dernier, sera désormais ornée de l'inscription Bataviasche Kunstkring, le nom d'origine du bâtiment, construit à l'époque de la colonisation néerlandaise. Soulagé par cette décision, l'avocat du "Forum anti-Buddha Bar" (FABB), Sunardo Sumargono, demande à présent "le retrait des décorations, des statues de Bouddha et des inscriptions bouddhistes sur les cendriers, qui sont très insultantes". Ne comptant pas s'arrêter là, il souhaite également étendre le combat dans le monde entier pour faire retirer tous les représentations de Bouddha des dix Buddha Bar d'Europe, d'Amérique et du Proche-Orient.