William Blake
William Blake

Le Petit Palais consacre une rétrospective d'envergure au peintre et poète britannique William Blake. Intitulée William Blake, le génie visionnaire du romantisme anglais, elle dévoile l'univers graphique de cet artiste dont l'oeuvre a bouleversé les canons académiques de l'époque.

Depuis 1947, date à laquelle le British Council, soutenu par André Gide, lui rendait un premier hommage à la galerie René Drouin, place Vendôme, il aura fallu attendre cinquante ans pour que ses oeuvres majeures traversent à nouveau la Manche. Prêtés entre autres par le British Museum, la Tate Britain, la National Gallery of Scotland et le Philadelphia Museum of Art, 150 dessins, gravures, enluminures, livres et aquarelles mythologiques et mystiques révèlent ce génie romantique du XIXe siècle. Assez méconnu en France, William Blake (1757-1827) fait pourtant partie du patrimoine britannique. Ses odes, telle Tyger, sont apprises dès l'école primaire et son hymne Jerusalem est aussi célèbre que le God Save the Queen. C'est dire la place qu'occupe outre-Manche cet héritier des néoclassiques pourfendeur de dogmes académiques. Comme son idole Michel Ange, William Blake fut à la fois poète et peintre, et, comme lui, il marqua le monde de l'art. Nombre d'auteurs modernes du XXe siècle, d'André Gide à André Breton, furent fortement influencés par son oeuvre. Intransigeant, excentrique, solitaire, il proclame avec éclat son exaltation passionnée. Il privilégie jusqu'au vertige le trait néoclassique pour nourrir les pages les plus héroïques de la Bible, de Shakespeare, de Milton et de Dante.

-----

William Blake, le génie visionnaire du romantisme anglais, tous les jours de 10H à 18H (sauf lundi et jours fériés) jusqu'au 28 juin 2009 au Petit Palais, avenue Winston- Churchill 75008 Paris, Tél: 01.53.43.40.52.