Pascal Quignard
Pascal Quignard

Comme souvent chez Pascal Quignard la littérature parle musique ou peinture. Villa Amalia ne faillit pas à la règle puisque l'héroïne du roman, Ann Hidden, est musicienne. C'est une pianiste qui compose et joue de façon apparemment transparente, simple, précise, minimale, mais intérieurement très complexe, par fragmentations, suggestions, silences, esquisses surgies tout à coup d'un antérieur de son art, un peu à l'image de l'écriture singulière de l'auteur des Petits Traités. Extrait: "C'était une femme singulière. Comme musicienne elle était connue sous le nom de Ann Hidden. Elle avait été baptisée en Bretagne, dans la religion catholique qui était celle de sa mère, sous le nom d'Éliane Hidelstein. Elle ne sortait jamais. Personne ne connaissait son visage — il est vrai que la musique contemporaine était si méprisée, au début du XXIe siècle, dans le monde entier, que tout ce qui se composait de neuf sur terre était devenu à peu près sans visage."

Son histoire est celle d'une fuite, ou plutôt d'une disparition. Alors qu'elle rentre chez elle, elle aperçoit l'homme qu'elle aime — ou a aimé ? — aux bras d'une autre femme. L'évènement est assez intense pour que cette femme de 40 ans décide non seulement de rompre, mais de tout quitter et de changer de vie. Ann abandonne son pavillon de banlieue, son téléphone portable, ses cartes de crédit, sa famille, ses amis. Elle part s'installer dans la petite île volcanique d'Ischia, située aux alentours du Vésuve et de la baie de Naples, lieux grandioses chargés d'histoire et de mythologie latine (et aussi décor du célèbre film d'Antonioni, L'Avventura qui fait évidemment référence). Elle y loue sur les hauteurs, surplomblant la mer, une vieille maison pleine de soleil et de lumière méditerranéenne, la villa Amalia. Là s'épanouit sa nouvelle liberté, entre piano, nage et solitude désespérée. Elle tombe bientôt amoureuse d'un homme plus mûr qu'elle, un médecin, "plus ancien que tous les sentiments", qui lui renverra bientôt les souvenirs d'un père lui aussi musicien virtuose ayant tout quitté, sa mère et elle lorsqu'elle était enfant. Son amour s'orientera alors vers la petite fille de cet homme puis vers la nurse lesbienne de l'enfant. Mais, à la suite d'un drame, Ann quittera sa paradisiaque Villa Amalia et repartira sur de nouveaux chemins d'errance et de musique. Douleur, souffrance, intensité, joie, force primitive, fugacité et nudité des choses, avec ce roman contemplatif Pascal Quignard traite une fois de de plus du destin d'un être humain sur le thème de "l'adieu au monde".

----

Pascal Quignard, Villa Amalia (Éditions Gallimard, 2006). Adaptation au cinéma par Benoît Jacquot, avec Isabelle Huppert, Xavier Beauvois et Jean-Hugues Anglade..