Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Mouvement social

Mouvement social

Une nouvelle journe d'action qui devrait fortement affecter le service public, mais aussi le priv, est prvue jeudi 19 mars avec 213 manifestations organises en France selon la CGT. L'ensemble des syndicats a appel une mobilisation gnrale en vue d'obtenir des rponses sociales de Nicolas Sarkozy face la crise. Les responsables syndicaux esprent fdrer autant -- si ce n'est plus -- que le 29 janvier dernier, o 2,5 millions de personnes taient descendues dans la rue. Une manire de "mettre la pression" sur le gouvernement, comme le prcise Jean-Claude Mailly, le secrtaire gnral de Force Ouvrire (FO), afin d'obtenir enfin des mesures face la crise ainsi que l'arrt des suppressions d'emplois.

Excds par la politique anti-sociale du Prsident de la Rpublique et l'effarante multiplication de licenciements, les salaris du priv devraient tre nombreux demain rejoindre les cortges. Des appels la grve ont t lancs la fois chez Total, Rhodia, Renault, Peugeot mais aussi dans les banques, le secteur mdicosocial ou encore la grande distribution. Ils viennent s'ajouter ceux lancs dans le public concernant les transports (SNCF, RATP, Air France), l'ducation, La Poste, l'nergie ou France Telecom.

Conscients du malaise grandissant, les cabinets ministriels disent chercher de nouvelles pistes de relance, notamment pour prserver l'emploi, mais aucune enveloppe exceptionnelle n'est prvue. Face la grogne, le gouvernement se veut pour le moment inflexible. Le Premier ministre, Franois Fillon, a dj prvenu que "toute enveloppe supplmentaire, c'est de la dette supplmentaire", tandis que, selon le conseiller de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, "c'est l'volution de la situation conomique qui dicte la politique du gouvernement, pas le calendrier des manifestations". Malgr le risque d'explosion sociale, l'Elyse ne semble donc pas prt mettre nouveau la main la poche aprs les 2,6 milliards d'euros annoncs lors du sommet social du 18 fvrier dernier.

Pourtant, au-del des revendications des syndicats, les inquitudes et les mcontentements se gnralisent dans l'opinion. La crise financire et conomique mondiale n'est pas juge seule responsable du dsastre actuel. Selon un sondage Ifop publi hier, 78% des Franais -- un chiffre jamais atteint en France avant l'arrive au pouvoir du rgime sarkozyste -- considrent comme "justifie" la journe de mobilisation de demain.