Jean-Loup Dabadie
Jean-Loup Dabadie

Jean-Loup Dabadie, auteur d'une oeuvre multiforme estampillée "qualité française", revêt aujourd'hui l'habit vert des immortels de l'Académie française. À 70 ans "seulement" — la moyenne d'âge de la vénérable institution oscille plutôt autour des 80 printemps — il prend possession du 19e fauteuil où il succède à l'écrivain Pierre Moinot, décédé il y a tout juste deux ans. Il y a été élu le 10 avril dernier, les très doctes octogénaires du Quai Conti étant à l'époque désespérément à la recherche d'un cinéaste à la fois "jeune" et "populaire" pour occuper le fauteuil de René Clair.

Scénariste, dialoguiste, metteur en scène, dramaturge, romancier, journaliste, traducteur, parolier, Jean-Loup Dabadie est l'auteur d'innombrables succès. Né en 1938, fils de Marcel Dabadie, lui-même parolier, il publie son premier roman, Les yeux secs, à 19 ans. Il collabore ensuite à diverses gazettes dont Candide, Arts ou Tel Quel de Philippe Sollers et Jean-Edern Hallier. Il commence aussi à écrire pour la télévision, travaillant entre autres avec Jean-Christophe Averty et Guy Bedos. À partir des années '1960, Jean-Loup Dabadie entame une carrière de scénariste et auteur de chansons. On lui doit notamment les grands tubes de Serge Reggiani, Juliette Gréco, Yves Montand, Michel Sardou, Michel Polnareff, Régine, Barbara, Mireille Mathieu, Marcel Amont, Petula Clark, Nicole Croisille, Nicoletta, Julien Clerc, Dalida, Nana Mouskouri, Jacques Dutronc, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Marie Laforêt, Patrick Juvet et Sacha Distel, ainsi que les scénarios de Claude Sautet ( Les Choses de la vie, César et Rosalie, Vincent, François, Paul et les autres), François Truffaut (Une belle fille comme moi), Yves Robert (Nous irons tous au paradis, Un éléphant ça trompe énormément), Claude Pinoteau (La gifle), Jean-Paul Rappeneau ou encore Philippe de Broca. Il travaille également pour le théâtre et écrit des sketches humoristiques pour Guy Bedos, Jacques Villeret, Muriel Robin, Sylvie Joly, Pierre Palmade, Michel Leeb et bien d'autres. Au total, Jean-Loup Dabadie est l'auteur de quelque trente films sur l'univers des classes moyennes françaises et de plus d'une centaine de chansons populaires tendres et nostalgiques. Son oeuvre a été récompensée à de multiples reprises, notamment par le Prix Vincent Scotto, le Prix de la Sacem, le Prix de la chanson française, le Prix de la langue française, le Prix du cinéma de l'Académie française, le Prix Louis Delluc, le Prix Henri Jeanson de la SACD, le Prix Raymond Devos ou encore, tout récemment, une Victoire d'honneur de la musique.

"Entrer à l'Académie française est un immense honneur. Je ne rejoins pas la Coupole seul: j'y entre avec mes interprètes et les personnages de mes chansons et de mes films", confiait récemment Jean-Loup Dabadie. Comme le veut la tradition il doit prononcer aujourd'hui un éloge de son prédécesseur puis, le 26 mars prochain, il votera pour élire un successeur à l'écrivain Maurice Rheims. Après l'élection de Simone Veil en novembre dernier, il reste encore un fauteuil (sur 40) à pourvoir à l'Académie française.