Apple Expo
Apple Expo

Steve Jobs, patron d'Apple, est de passage à Paris à l'occasion de l'Apple Expo de la Porte de Versailles (du 20 au 24 septembre), grand messe annuelle où la firme californienne dévoile généralement à la presse et au public ses nouveaux produits et projets. Exceptionnellement, mais c'est sans suspense, il n'y aura pas d'annonces fracassantes cette année car tout à déjà été révélé le 07 septembre dernier aux Etats-Unis, notamment en ce qui concerne l'iPod nano (nouvel Ipod mini-format), la dernière version d'iTunes (magasin Apple de vente ligne de musique) et le RockR (téléphone mobile musical créé avec Motorola). Une seule annonce a eu lieu, qui concerne le lancement du service en ligne .mac désormais en français et doté de nouvelles fonctionnalités.

Steve Jobs s'est cependant livré au jeu des questions-réponses sur les perspectives d'Apple avec les journalistes, revenant sur le formidable succès de l'iPod, la bonne santé financière de l'entreprise, la vente en ligne de musique et le futur Mac qui tournera sur des puces Intel. Il a rappelé que l'Europe reste un marché clé qui offre une forte croissance à Apple, notamment en Grande-Bretagne. Tout va bien également ailleurs dans le monde (3 % de parts du marché mondial et 4,5 % aux Etats-Unis) en raison d'un chiffre de croissance 2 à 3 fois supérieur à celui des autres PC, d'un iTunes Music Store numéro un mondial des ventes de musique en ligne et d'un iPod représentant 75% du marché des baladeurs musicaux (21 millions d'exemplaires vendus). Le gourou de Cupertino qui a révolutionné la micro-informatique dans les années '80 et récidivé dans les '2000 en a aussi profité pour vanter les mérites du Mac Mini à prix mini — "l'ordinateur le plus cool jamais inventé" — et estimé que tous ces succès sont dûs aux concepts de toujours de la firme à la pomme, à savoir une technologie robuste et sophistiquée mais d'utilisation ultra-simple et ludique, et surtout une offre globale comprenant matériels, logiciels et services intégrés : "Nous sommes les premiers non seulement parce que nous avons un très bon baladeur, mais aussi parce que nous avons un système, des applications et un service qui vont avec. Et cela, aucun de nos concurrents ne le possède", a-t-il déclaré, concédant toutefois que la concurrence s'organise, que ce soit chez Microsoft ou dans d'autres grands groupes comme Sony. Il s'est montré très prudent sur d'éventuels nouveaux produits Apple qui rapprocheraient ordinateur, téléphone et télévision. Selon lui, même si aujourd'hui il n'y a plus de problèmes techniques pour réunir les deux appareils, la fusion entre ordinateur et télévision n'arrivera pas. C'est un marché voué à l'échec, a-t-il déclaré, sans doute à l'attention de Microsoft qui essaie de lancer un Windows Media Center de ce genre. Pas d'iPod Vidéo en perspective donc, comme le laissaient penser certaines rumeurs et pas non plus de possibilités de téléchargements de musique via téléphone car "cela coûterait trois euros, contre un euro avec l'ordinateur". Aucune porte n'est cependant fermée mais les projets ne doivent pas filtrer : "Microsoft copie nos systèmes d'exploitation, Dell copie nos ordinateurs, il y a tellement de sociétés qui copient Apple que je ne vais pas en plus leur fournir un plan pour qu'elles sachent où on va". En ce qui concerne la vente de musique en ligne, il a farouchement défendu les bas prix pratiqués sur son iTunes Music Store (99 cents par morceau et 9 dollars par CD) et n'a pas hésité à fustiger les trop gourmandes maisons de l'industrie du disque qui veulent actuellement augmenter les prix de vente. Selon lui, les majors comme Sony BMG ou Warner Music, entre autres, gagnent déjà actuellement plus d'argent avec un titre vendu sur iTunes que sur un CD vendu en magasin et le risque de piratage de la musique sur internet étant toujours bien présent, leur éventuelle décision d'augmenter les prix ne ferait que multiplier le nombre de consommateurs pirates qui utiliseraient alors les systèmes gratuits d'échange peer-to-peer. Du côté du Mac, Steve Jobs confirme que les premiers ordinateurs équipés d'un microprocesseur Intel — les "MacTel" — sortiront en juin 2006 et que l'ensemble de la gamme sera équipé d'ici fin 2007. La transition devrait se passer en douceur pour les utilisateurs lorsque les premiers ordinateurs seront commercialisés. Interrogé sur les tentatives des pirates de porter sur PC un système Mac OS X version MacTel débridé, il a indiqué que les ingénieurs de la firme feront le nécessaire pour empêcher cela. Les pirates ne verront pas les avocats de la société mais ils iront brûler en enfer, promet-il.