Claude Askolovitch
Claude Askolovitch

Claude Askolovitch est né le 18 décembre 1962 à Paris. Après le Lycée Chaptal, il suit des études d'économie à l'Université Paris-Dauphine avant d'obtenir le diplôme du Centre de Formation des Journalistes de Paris (CFJ, promotion 1985). Il pige pour divers magazines comme entre autres Globe, dirigé par Georges-Marc Benamou (futur Conseiller spécial de Nicolas Sarkozy), et entame sa carrière de journaliste comme stagiaire à RFO (Réseau France Outre-mer de France Télévisions). Il est ensuite engagé au service des sports du quotidien Le Matin de Paris, dirigé par le socialiste mitterrandien Claude Perdriel. En 1987, il intègre la rédaction du tout nouveau quotidien Le Sport lancé par des transfuges de L'Équipe. Deux ans plus tard, à la disparition du journal sportif, il intègre le service d'information générale d'Europe 1. Dans les années '90, Claude Askolovitch est employé comme Reporter à L'Evénement du Jeudi puis à Marianne de Jean-François Kahn. De 2001 à 2008, il occupe un poste de Grand Reporter au Nouvel Observateur, où il a en charge la politique et les dossiers de société. Il collabore parallèlement à diverses émissions de débat dans la presse audiovisuelle (On refait le monde sur RTL, On refait le match sur RTL et LCI, Entre les lignes sur La Chaîne Parlementaire, etc.). En 2008, Claude Askolovitch intègre le groupe sarkozyste Lagardère Média qui le propulse à la fois Éditorialiste politique de la matinale d'Europe 1 et Rédacteur en chef du service Politique du Journal du Dimanche, où la rédaction s'est rapidement plaint d'une "dérive éditoriale" et d'un "traitement de l'actualité présidentielle manquant de distance".

Claude Askolovitch a suivi un parcours politique de gauche à droite, passant du mitterrandisme socialiste des années '80 à l'actuel sarkozysme réactionnaire et adoptant au fil des ans des positions de plus en plus néo-libérales, néo-conservatrices et occidentalistes. À l'instar de Philippe Val, ce philosémite pro-israélien s'est particulièrement illustré dans les accusations d'antisémitisme portées contre de supposés "gauchistes d'Allah" (la formule est de lui). Bernard Langlois (fondateur de l'hebdomadaire Politis), Tariq Ramadan (universitaire spécialiste de l'Islam) ou encore Siné (dessinateur fondateur de Siné-Hebdo) ont entre autres fait l'objet de ses procès en antisémitisme. Pour Daniel Schneidermann, animateur de l'émission de décryptage des médias Arrêt sur Images, l'ascension fulgurante de Claude Askolovitch au sein du groupe Lagardère est même peut-être dûe en partie au procès médiatique qu'il a lancé contre Siné, auteur d'un chronique dite "antisémite" contre Jean Sarkozy.

Claude Askolovitch est l'auteur ou co-auteur de plusieurs livres dont notamment La France du piston (1992, avec le journaliste Sylvain Attal, futur auteur d'une Enquête sur le nouvel antisémitisme), Black Boli (1994, avec le futur militant sarkozyste Basile Boli), Chemin faisant (1997, entretien avec le Grand-Rabbin Joseph Sitruk), Voyage au bout de la France (1999, sur l'antisémitisme des militants du Front national, Prix Décembre 1999), Lionel (2001, biographie de Lionel Jospin), Qui connaît Madame Royal ? (2007, pamphlet de l'ex-socialiste Eric Besson, actuel ministre de l'immigration et de l'Identité nationale, contre la canditature de Ségolène Royal à l'élection présidentielle de 2007), Je vous fais Juges (2007, entretien avec Rachida Dati, actuelle ministre de la Justice) et Pour en finir avec le vieux socialisme (2008, entretien avec le socialiste "refondateur" Manuel Valls).