Claude Esteban
Claude Esteban

Poète, traducteur et critique d'art, Claude Esteban est né à Paris le 26 juillet 1935. Son père est un républicain espagnol réfugié en France. Élève des jésuites, puis de l'École Normale, il se consacre d'abord à l'étude du français et des langues anciennes avant de passer l'agrégation d'espagnol.

Claude Esteban commence a écrire dans les années '60. Il publie son premier livre (La Saison dévastée) en 1968 et sera l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages au total: des recueils de poésie — Terres, travaux du coeur (1979), Conjoncture du corps et du jardin (1983), Le Nom et la demeure (1985), Élégie de la mort violente (1989), Quelqu'un commence à parler dans une chambre (1995), Morceaux de ciel, presque rien (2001),... — des proses et essais pour la plupart consacrés au langage, à la poésie ou à la peinture — Un lieu hors de tout lieu (1979), Traces, Figures, Traversées (1985), Critique de la raison poétique (1987), Choses lues (1998), Le partage des mots (1990), Soleil dans une pièce vide (1991), Le Travail du visible (1992), Ce qui retourne au silence (2004),... — et de nombreuses traductions de poètes classiques ou contemporains de langue espagnole comme Jorge-Luis Borges, Francisco Quevedo, Jorge Guillen, Luis de Gongora, Federico Garcia Lorca, Octavio Paz, etc... Un recueil de textes brefs, Trajets d'une blessure, relate son expérience d'une lourde opération chirurgicale subie peu avant son décès, survenu le 10 avril 2006, à l'âge de 70 ans. Le dernier livre publié de son vivant, Le Jour à peine écrit, 1967-1992 (2006), est une sorte d'anthologie raisonnée cherchant à rendre compte de sa trajectoire d'écriture poétique à travers quatre de ses livres majeurs écrits entre 1967 et 1992. Les éditions Gallimard ont publié à titre posthume en 2007 son dernier manuscrit, achevé juste avant sa mort, intitulé La Mort à distance.

Parallèlement à cette oeuvre personnelle, Claude Esteban a enseigné au département de littérature espagnole de la Sorbonne et effectué un remarquable travail d'édition de poésie, dirigeant notamment de 1974 à 1981 la belle revue Argile des éditions Maeght et, de 1984 à 1993, la collection Poésie des éditions Flammarion. Il a également présidé la Maison des Écrivains de 1998 à 2004.

L'oeuvre de Claude Esteban, lauréat du Prix Goncourt de Poésie 2001 pour Morceaux de ciel, presque rien, a été récompensée par le Prix de l'Académie Mallarmé 1984, le Prix France Culture 1991 et le Grand Prix de poésie de la Société des Gens de Lettres 1997.