Julien Gracq
Julien Gracq

La Bibliothèque Nationale de France (BNF) reçoit les manuscrits autographes de Julien Gracq. Le fonds, légué par Julien Gracq à la BNF au moment de sa mort en décembre dernier, comprend la quasi-totalité de ses grands romans, récits, pièces de théâtre et essais littéraires, dont notamment Un Beau ténébreux, La littérature à l'estomac, Le Rivage des Syrtes , Au château d'Argol et Un balcon en forêt.

Il contient également vingt-neuf cahiers de "notules" en partie inédites, corrigées et regroupées en dossiers de travail par Julien Gracq lui-même. L'ensemble de ces manuscrits, soit quelque 15.000 pages, sera remis officiellement à la BNF le 16 octobre prochain. Les pièces les plus remarquables seront présentées à partir de cette date dans le cadre d'une exposition temporaire à la Salle Richelieu, indique la BNF.

Les chercheurs pourront avoir accès aux manuscrits mais la partie inédite des cahiers ne pourra être divulguée pendant une période de vingt ans, selon les dernières volontés de Julien Gracq. Il appartient à Bernhild Boie, exécutrice testamentaire de l'écrivain et éditrice de son oeuvre dans la collection de la Pléïade (Éditions Gallimard), de prendre toute décision sur ce sujet. Une copie numérique de l'intégralité des manucrits légués à la BNF sera également réalisée et viendra compléter le fonds documentaire — traductions, études et articles — déjà disponible sur l'écrivain à la Bibliothèque d'Angers.

Dans son testament, Julien Gracq a également souhaité que sa propriété de Saint-Florent-le-Vieil, près d'Angers (Maine-et-Loire), où il est né et a vécu presque toute sa vie, devienne une résidence pour jeunes écrivains. Il a en outre légué sa bibliothèque personnelle à la Bibliothèque municipale de Saint-Florent-le-Vieil. L'ensemble de ses autres biens, dont notamment sa correspondance avec les Surréalistes (André Breton, Max Ernst, Magritte) et avec son éditeur José Corti, ainsi que ses tableaux et une centaine d'éditions rares, sera mis en vente aux enchères le 12 novembre prochain à l'hôtel des ventes Couton-Veyrac de Nantes.

Dernier "grand écrivain français" du XXe siècle, Julien Gracq — de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007) — a été professeur de géographie à Paris de 1947 à 1970. Auteur de dix-sept livres rassemblés de son vivant dans deux volumes de la Pleiade, il vivait à l'écard du milieu médiatico-littéraire et a refusé le prix Goncourt 1951 pour Le Rivage des Syrtes.