Samuel Beckett
Samuel Beckett

Le Britannique James Knowlson, professeur de français à l'Université de Reading, a écrit une impressionnante biographie fouillée et "la seule autorisée" de Samuel Beckett (1906-1989) dont il fut l'ami pendant 20 ans.

L'écrivain et dramaturge irlandais Samuel Beckett, prix Nobel de Littérature 1969 qui vécut à partir de 1928 en France et y termina ses jours dans une modeste maison de retraite parisienne, avait donné le feu vert, l'année de sa mort, à ce travail qui avait été précédé par une première biographie parue en 1978 et signée Deirdre Bair. Il avait notamment indiqué à James Knowlson qu'il considérait "sa vie et son oeuvre indépendante l'une de l'autre", ce qui n'empêchait pas son ami le peintre Bram Van Velde de dire: "Beckett n'a jamais rien écrit qu'il n'ait vécu".

Son biographe qui a disposé de tous les documents nécessaires et de la collaboration de l'écrivain lui-même, estime avoir apporté "des éléments nouveaux dans trois domaines au moins", écrit-il. Il affirme le goût de l'auteur de En attendant Godot, pour la musique et l'art et son engagement politique, alors qu'on le juge souvent "apolitique" (il rejoignit la Résistance en France où il arriva à Paris comme lecteur d'anglais à l'Ecole Normale Supérieure, s'engagea notamment pour les Droits de l'homme, contre l'aparthied, la politique des pays de l'Europe de l'est communiste, etc.). Il évoque aussi l'humour de Samuel Beckett face l'adversité et sa détermination à ne pas lâcher prise, alors que souvent il passe injustement pour "misérabiliste". Au récit de cette vie, se mêle une analyse de l'oeuvre, écrite en français, dont on a dit que "toute condition humaine s'y trouve exprimée en quelques mots: l'attente, la détresse, l'espoir, l'amour, la mort."