Jean-François Bizot
Jean-François Bizot

Né le 19 août 1944 dans une famille catholique de la bourgeoisie lyonnaise, Jean-François Bizot a suivi des études de lettres et de sciences économiques. Diplômé de l'École Nationale Supérieure des Industries Chimiques de Nancy, il a d'abord occupé un poste d'ingénieur économiste au Bureau d'Information et de Prévisions Économiques (BIPE) avant de travailler comme journaliste à L'Express de 1967 à 1970.

Maoïste en mai 1968, puis anarchiste libertaire inspiré par le mouvement hippie américain, Jean-François Bizot fonde en 1970 — avec son héritage familial de 800 millions de centimes — le journal Actuel, en compagnie de Michel-Antoine Burnier, Patrick Rambaud, Bernard Kouchner et Jean-Pierre Lentin. Le magazine, qui reprend le titre d'une petite publication dédiée au Free Jazz, se consacre à la contre-culture et aux alternatives politiques et sociales (écologie, féminisme, gauchisme, libération sexuelle, communautés, drogues, rock, etc). Il devient rapidement le titre phare de la free-press française des années '70 et paraît pendant cinq années avant de s'arrêter et de renaître en 1979. La deuxième formule accompagne elle les tendances des années '80 et perdure jusqu'en 1994 avant d'être remplacée par Nova Mag.

Pionnier des radios libres nées en France à la suite de l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République, Jean-François Bizot a également fondé en 1981 Radio Nova, la radio consacrée aux nouvelles musiques (hip hop, rap, world music, techno,..) et repris avec Frank Tenot la radio jazz TSF. C'est de ces magazines et radios que sont issus de nombreux animateurs, journalistes ou humoristes de la télévison d'aujourd'hui, de Philippe Vandel à Édouard Baer en passant entre autres par Ariel Wizman ou Jamel Debbouze.

Parallèlement à ses activités de patron de presse et de journaliste, Jean-François Bizot a également été réalisateur de films documentaires et producteur de musique, de cinéma et de télévision. Il est l'auteur de plusieurs romans dont notamment Les Déclassés (1976), Les Années blanches (1979), Un moment de faiblesse (2003, inspiré par le cancer qui le rongeait alors), Une bonne corrrection (2005), ainsi que d'enquêtes et essais comme Au Parti des socialistes (1975, avec Léon Mercadet et Patrice Van Eersel), Underground, l'histoire (2001), Vaudou et compagnies (2005) ou encore Free Press : la Contre-culture vue par la presse Underground (2006). Il a également traduit en français plusieurs livres de l'écrivain américain Charles Bukowski.

Jean-François Bizot est décédé des suites de son cancer le 08 septembre 2007, à l'âge de 63 ans.