Boubacar Boris Diop
Boubacar Boris Diop

Boubacar Boris Diop est né le 26 octobre 1946 à Dakar (Sénégal). Romancier, essayiste, dramaturge, scénariste, il a travaillé au Ministère de la Culture sénégalais comme conseiller technique et a enseigné la littérature et la philosophie à l'Université de Dakar pendant plus d'une dizaine d'années. Il a également longtemps travaillé comme journaliste pour divers journaux africains ou européens et a dirigé un quotidien indépendant du Sénégal, Le Matin de Dakar. Avec Le Temps de Tamango, dont le titre est inpiré d'une nouvelle de Prosper Mérimée, Boubacar Boris Diop a voulu renouveller le genre romanesque africain.

Engagé activement dans la vie politique et la défense des cultures de l'Afrique, Boubacar Boris Diop s'est rendu en 1998 avec dix autres écrivains africains au Rwanda — à l'époque encore traumatisé par le génocide de 1994 — et a participé au collectif d'écriture Rwanda: écrire par devoir de mémoire. Cette expérience l'a fortement marqué et a inspiré en partie plusieurs de ses futurs récits comme entre autres Murambi, le livre des ossements (2000).

Boubacar Boris Diop est l'auteur de plusieurs romans, dont notamment Le Temps de Tamango (1981), Les Tambours de la mémoire (1991, Prix des Lettres du Sénégal), Les Traces de la meute (1993), Le Cavalier et son ombre (1997, Prix Tropiques), Murambi, le livre des ossements (2000), Doomi Golo (2003, écrit directement en langue wolof), L'impossible innocence (2005) et Kaveena (2006). Il est aussi l'auteur d'un essai sur les questions africaines, L'Afrique au-delà du miroir (2007) et d'une pièce de théâtre, Thiaroye, terre rouge (1990). Boubacar Boris Diop a également participé à divers ouvrages collectifs comme L'Europe, vues d'Afrique (Nouvelles, 2004) et a cosigné les ouvrages Négrophobie (avec François Xavier Verschave et Odile Tobner-Biyidi, 2005), L'Afrique au secours de l'Occident (de Anne-Cécile Robert, 2006) et Au sortir de l'enfer (de Jean-Marie Vianney Rurangwa, 2007).